Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LIVA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 12 avril 2006
 

Requiem
(Autoproduction – Hardebaran – Acropole Records – 2006) 
Durée 57’13 – 11 Titres

http://www.livaband.com 
http://www.hardebaran.com 
http://www.acropole-records.com 

Construit sur un concept original qui mélange musique classique et metal, Liva est un quatuor québécois dont la naissance remonte à l’année 1997. Outre cette approche toute particulière de la musique, c’est également par la nature même des gens qui le composent que le groupe se démarque de ses petits camarades en regroupant le violon alto et la voix de soprano de Catherine Elvira Chartier et celle de baryton de Pier Carlo Liva qui se fend également des passages death et des parties de guitare. Accompagné de Simon Roy-Boucher à la basse et de Sebastien Breton à la batterie, Liva a eu l’opportunité d’ouvrir pour les Finlandais de Nightwish et les Suédois de Therion et s’est offert un premier opus en 2002 qui arrive de ce côté de l’Atlantique au printemps 2006. Découverte d’une œuvre déjà bien rôdée …   

Plus que cette étrange alliance contre nature de deux genres diamétralement opposés, c’est l’approche même de la musique de Liva qui surprend, non seulement par l’utilisation simultanée du violon et des guitares mais également par un chant intégralement en Latin. Emmené par une voix très haut perchée, l’ouvrage ne souffre d’aucun temps mort et nous entraîne sur des terrains difficilement accessibles, n’hésitant pas à s’approprier des parties d’œuvres aussi bien empruntées à l’école des auteurs classiques et néo-classiques qu’à celle des bûcherons scandinaves ou même à celle d’un rock progressif particulièrement bien senti. Techniquement au top, Liva peut se permettre de séduire les amateurs des différents genres abordés en affichant une réalisation parfaite et une interprétation digne des meilleurs instrumentistes. Attention toutefois à ne pas porter de jugement hâtif dès la première écoute de « Requiem » car l’album est une véritable œuvre qui se laisse découvrir très lentement et qui ne se donne entièrement qu’une fois domptée par l’auditeur … On vous l’aura dit !