Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow STEFF TEJ & EJECTES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

STEFF TEJ & EJECTES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 14 mars 2021
 

Tej in dub Vol. 1
(Les Disques du Tigre – Waacoo Distribution – 2019)  
Durée 18’06 – 6 Titres

Tej in dub Vol. 2
(Les Disques du Tigre – Waacoo Distribution – 2020)  
Durée 21’33 – 6 Titres

http://www.ejectes.com/fr/
 
Apparus sur la scène française en 1988, Les Ejectés ont su créer un style personnel en mélangeant avec beaucoup de savoir faire le ska, le reggae, le punk, le rocksteady et le dub, ce qui leur a apporté la reconnaissance du public mais aussi de la profession avec à la fin du dernier millénaire un passage sur le label Tôt Ou Tard qui permettra au groupe de se produire en Europe mais aussi au Maghreb et au Canada. Devenu en cours de route Steff Tej & Ejectés, le combo n’en finira plus d’avancer contre vents et marées, investissant régulièrement les bacs avec de nouvelles productions et continuant à fédérer les foules lors de ses concerts. A l’heure où Waacoo Distribution réédite les dernières productions du projet, on se penche sur un diptyque qui nous avait échappé, « Tej In Dub », décliné au travers d’un premier volume en 2019 et d’un second en 2020. Au total, une douzaine de titres sortis originellement en vinyle pour lesquels Steff Tej & Ejectés se sont efforcés de mettre le dub à l’honneur en faisant un usage totalement immodéré des effets digitaux et des chambres d’écho pour mieux nous emmener vers des sujets où il est question de nature et de planète mais aussi de fête avec des titres comme « Limousi Reggae Ragga Dub », « Don’t Bogart That Dub », « Climat Dub », « Yasmina Dub Style » où l’on remarque Sylvain Tejerizo au sax alto, « Un peuple une terre » ou encore « Entrez dans le reggae dub » interprété en compagnie de Ramses de Saï Saï. On saluera l’énergie récurrente du combo limousin, le très juste équilibre trouvé entre le dub roots et le dub actuel et enfin la multiplicité des registres empruntés pour en arriver à deux rondelles qui ne manquent pas de charme, loin s’en faut. Et tant qu’à se replonger dans le back catalogue plus ou moins récent de la bande à Steff Tej, on pourrait vous recommander des ouvrages récents comme « Informel » paru en 2016 ou encore « Climats » sorti en 2018 !