Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LES FATALS PICARDS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 12 novembre 2016
 

Fatals Picards Country Club
(Verycords – Warner – 2016)  
Durée 51’57 – 17 Titres

http://www.fatalspicards.com  
 
Ils conjuguent avec un réel talent un amour pour le rock et une passion pour l’humour mais s’efforcent de le faire avec un certain sens du sérieux, même si ça ne s’entend pas forcément du premier coup … Trublions de la scène nationale, Les Fatals Picards ne sont jamais à un tour pendable près et c’est sans jamais hésiter à se brouiller avec les grands de la variété voire même à aller se produire au Concours de l’Eurovision que Paul Léger au chant, Jean-Marc Sauvagnargues à la batterie et au chant, Laurent Honel et Yves Giraud aux guitares, basses, banjos et autres instruments à cordes reviennent encore et toujours avec derrière eux leur cortèges d’invités mais aussi et surtout leur lot nourri de chansons qui papillonnent entre la pop à bon marché, le rock pur et dur et la chanson à textes. Des douzièmes degrés en veux-tu en voilà, « Fatals Picards Country Club » n’en manque pas le moins du monde et c’est en en donnant à chacun pour son grade que le quartet le plus déluré de la scène française appréhende ce huitième album studio avec « A la vie, à l’Armor », une ode au vitriol très vite suivie par d’autres comme « Le Chanteur de variété », « Tais-toi et creuse », « Fils de P. », « Le magnet du Jura » ou encore « Le Reich des Licornes ». On soulignera bien évidemment la version dopée aux amphétamines de « L’amour à la plage » qui n’en finira plus de faire headbanguer les fans lors des prochaines sorties en live mais aussi les divers interludes bourrés de grincements de dents, de gags et autres craqueries, le tout contribuant à la grandeur d’un album qui, comme à chaque fois avec Les Fatals Picards, part dans tous les sens sans parfois même savoir où il veut en venir et évoque avec le même détachement le con qui se promène avec un drapeau breton, les travailleurs du chantier de la Coupe du Monde au Qatar, le fils de Vladimir Poutine, la beauté de ta femme qui danse, les stands de chamboule-tout, le bon usage d’un défibrillateur, j’en passe et des meilleurs. Ils énervent les uns et séduisent les autres sans jamais laisser personne indifférent et c’est aussi un peu pour ça qu’on les aime Les Fatals Picards … Déjà dans les bacs !