Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TARJA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 10 septembre 2012
 

Act I
(Ear Music – Edel – 2012) 
Durée 61’41 + 62’05 – 12 + 12 Titres

http://www.tarja-act1.com

Devenue célèbre pour avoir été durant une décennie entière la vocaliste du groupe de metal symphonique Nightwish qu’elle avait créé avec Tuomas Holopainen et Emppu Vuorinen, Tarja Turunen poursuit depuis fin 2005, date à laquelle elle a été débarquée du combo par voie de lettre ouverte à la presse, une carrière solo sous le nom de Tarja … Considérée comme une des plus belles voix des pays nordiques, la charmante chanteuse doublée d’une pianiste et compositrice hors pair avance donc bon train dans une nouvelle aventure couronnée d’un certain succès puisqu’elle a écoulé près d’un million d’albums sous son propre nom après en avoir vendu trois millions avec Nightwish. Après quelques ouvrages studio dignes d’intérêt et un premier effort live, Tarja s’est offert un enregistrement un peu exceptionnel en mars dernier à Rosario, Argentine, et en a rapporté non seulement un double album mais aussi un DVD pour les amateurs de belles images. Attention, public bouillant à l’intérieur !

Mélanger le rock et le chant lyrique est un exercice quelque peu risqué mais à ce jeu forcément pas innocent, Tarja s’attache à mettre non seulement une grosse part de talent mais aussi les formes. Autant dire que le résultat parle de lui-même, ou plutôt chante de lui-même avec des envolées de soprano spinto du plus bel effet qui collent parfaitement au répertoire personnel de la diva et qui font bien plus que de la figuration sur des reprises qui peuvent parfois paraître surprenantes comme par exemple « Still Of The Night » de Whitesnake, le medley démarré sur le « Where Were You Last Night » d’Ankie Bagger, poursuivi avec le « Heaven Is A Place On Earth » de Belinda Carlisle et refermé sur le « Livin’ On A Prayer » de Bon Jovi, ou même le fameux « Over The Hills And Far Away » du regretté Gary Moore qui referme l’effort après plus de deux heures de musique. Un passage par le répertoire de Nightwish avec tout particulièrement « Nemo » qui pousse littéralement le public à la transe, des parties de guitares qui savent donner du corps et du cœur aux morceaux et des parties chantées avec beaucoup d’ingéniosité entre opéra et rock, il y a là de quoi combler tous les fans de la belle Tarja et même en convaincre quelques nouveaux ! A moins bien entendu d’être totalement insensible à cet art peu évident qui consiste à mélanger la force et la finesse …