Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow NABIL BALY OTHMANI

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NABIL BALY OTHMANI pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 01 août 2012
 

Ayt Ma
(Autoproduction – 2012) 
Durée 56’25 – 13 Titres
 
http://www.tamasheq.net
http://www.myspace.com/nabilbaly
 
Il est issu d’une famille de musiciens dans laquelle son père, Baly, jouissait d’une solide célébrité à Djanet, la ville du Sahara algérien dont ce Touareg est originaire, et c’est depuis 2008 que le guitariste et chanteur Nabil Othmany se produit en groupe avec ses compagnons Barka Beltou aux guitares et Smail Khabou aux percussions, le trio originel ayant été rejoint depuis un an maintenant par le bassiste Dia Youba. Enregistré entre Djanet et Grenoble, ce nouvel album du groupe baptisé tout naturellement Nabil Baly Othmani a comme point de départ une chanson écrite durant l’été 2010, « Ayt Ma », « Mes frères » en Tamasheq, dans laquelle Nabil s’adressait alors à ses frères du Mali victimes d’une terrible sécheresse. Ce n’est pourtant qu’aujourd’hui, en pleine période de troubles politiques dans la région, que l’album voit le jour, l’auteur ne se voulant cependant rien d’autre que le porteur d’un message d’espoir qu’il est bien décidé à véhiculer sur toutes les routes du monde et tout particulièrement de France et de Belgique où le groupe est en tournée cet été. Fier de sa culture et de sa langue maternelle, Nabil Othmani respecte à la lettre les conseils de son père aujourd’hui disparu et n’hésite pas à aller s’inspirer de nombre de sources musicales comme le blues, le reggae, le rock ou même la musique latine mais s’attache à chaque instant à chanter ses chansons en Tamasheq pour donner à son nouvel effort une certaine dynamique et surtout une véritable cohérence, quand bien même des morceaux comme « Africa », « Sahara Blues » ou « Temse Takhtik » peuvent surprendre quand on les découvre au milieu d’autres aux accents plus traditionnels comme « Izlaf », « Awadam » ou encore « Azaman ». Quelque peu différent du style véhiculé par les groupes du Mali et du Niger, Tinariwen en tête, le style de Nabil Baly Othmani n’en reste pas moins une très belle expression d’un blues du désert avec de belles guitares, une musique comme on l’apprécie de plus en plus dans nos pays du Nord de la Méditerranée ! A découvrir pour essayer d’approfondir un peu plus sa connaissance des traditions d’un peuple que l’on a souvent tendance à ranger un peu trop vite dans la catégorie des guerriers …