Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow FORABANDIT

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

FORABANDIT pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 29 juillet 2012
 

FORABANDIT
Forabandit
(Buda Musique – Full Rhizome – 2012) 
Durée 46’50 – 11 Titres

http://www.forabandit.com
http://www.budamusique.com

C’est à Marseille que ce projet pour le moins exotique a vu le jour en 2009, lorsque trois musiciens ont fait le vœu d’unir leurs influences et leurs cultures mais aussi leurs talents respectifs pour donner naissance à une création dans laquelle les côtés libertaires du monde d’Oc s’associeraient à ceux de l’Anatolie pour enfanter d’un art qui ne s’encombre d’aucune frontière, d’aucune restriction. Sam Karpienia au mandoloncelle et aux voix, Ulaş Özdemir au bağlama et aux voix et enfin Bijan Chemirani au zarb et aux percussions ont ainsi imaginé « Forabandit », du nom d’une expression occitane qui signifie « mis à l’écart » et qui colle carrément bien à une musique qui a choisi de marcher hors des sentiers trop bien tracés pour se perdre à l’occasion dans des expérimentations folles et dans des amalgames de sonorités tellement improbables qu’ils en deviennent irrésistibles. Tantôt chantée en Occitan, tantôt en Turc, la musique de Forabandit revisite les classiques des deux cultures majeures des membres du groupe et n’hésite jamais à remonter le temps pour se perdre du côté des siècles passés et y retrouver quelques belles pièces où il est question de révolution, de peur, d’emprisonnement ou même de meurtre mais aussi à l’occasion d’amour. Si l’on est forcément interpellé par les côtés ethniques et folkloriques voire médiévaux d’un ouvrage digne des troubadours d’antan, on remarque aussi de manière récurrente une forme très forte d’engagement qui se traduit non seulement par une certaine virulence au niveau du jeu mais aussi par une vigueur de ton au niveau des voix. Des lointains classiques comme « L’epictafi de Simon de Monfort » directement venu de l’Occitanie du XIIIème siècle ou comme « Vesionari » arrivé de l’Anatolie du XIVème jusqu’aux compositions et autres improvisations personnelles du trio, c’est un grand tour d’horizon jamais dépourvu ni d’intérêt ni d’engagement que nous présente Forabandit. Les amateurs de world un peu tarabiscotée vont se régaler, c’est certain !