Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow MICHAEL SCHENKER à MULHOUSE (68)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MICHAEL SCHENKER à MULHOUSE (68) pdf print E-mail
Ecrit par Cathie Wetzstein  
mercredi, 01 août 2012
 

MICHAEL SCHENKER – HANGING DOLL
LE NOUMATROUFF – MULHOUSE (68)
Le 25 mai 2012

http://www.music-for-ever.fr
http://noumatrouff.fr/
http://www.michaelschenkerhimself.com/home.php
http://www.hangingdoll.co.uk/home-2/

Michael Schenker, ex-Scorpions et UFO, fondateur de MSG (Michael Schenker Group), est de passage ce soir au Noumatrouff de Mulhouse, à l'initiative de Music For Ever Production. A l'occasion de ses quarante ans de carrière et trente ans de tournées, il ramène dans ses bagages un line-up de choix, à savoir Herman Rarebell à la batterie, Francis Buchholz à la basse, tous deux ex-Scorpions, Doogie White au chant et Wayne Findlay à la guitare et au clavier.

Avant d'en découdre avec Michael Schenker et son équipe de choc, découverte de Hanging Doll qui à la lourde tâche d'assurer la première partie et de chauffer la salle. Composé de Sally Holliday au chant), Dan Leddy et Dave Cox aux guitares, Aryan Amoli aux claviers, Kev Wilson à la basse et Alex Cooper à la batterie, le groupe britannique donne dans l'orchestral gothic metal, comme il se plait à se définir. Dans son escarcelle deux albums studios, le premier sorti en 2008 et le nouveau né, « The Sacred & The Profane », sorti en avril de cette année. La musique de ces Anglais est bien pêchue, ils occupent toute la scène et assurent une bonne prestation qui remporte l'adhésion du public, ce qui n'est pas toujours chose aisée en première partie.

Retrouvons maintenant ceux pour qui les fans se sont déplacés. La salle est pleine, la chaleur augmente à vitesse grand V. Chaudes sont les températures extérieures, chaude est la foule qui aime Michael Schenker et le fait savoir. Il est 22h15, la clameur monte, le public, impatient, réclame Michael et les siens. Une musique introductive tirée du dernier « Temple of Rock » résonne, suivie d'« Into the Arena », instrumental qui nous ramène vers les années 80 et le premier opus du MSG. L'homme aux Flying V arrive sur les planches du Nouma dans une orgie de riffs et solos ravageurs, tous plus beaux les uns que les autres. La couleur est annoncée dès le départ, les 100 minutes de show servies par le combo vont défiler à une allure folle sur des rythmes effrénés.

La sauce prend immédiatement, on se ramasse une claque monumentale dans la tronche. Toute la soirée est un voyage dans le passé, avec son cortège de titres à l'énergie redoutable, survolant les périodes MSG, Scorpions et UFO. Le maître es-guitare a de la bouteille et peut se targuer d'une discographie impressionnante. « Armed & Ready » voit surgir le chanteur Doogie White, qui présente les trois anciens membres de Scorpions, avant d'attaquer « LoveDrive » et « Another Piece of Meat ». Sourire aux lèvres, Francis et Michael croisent le fer, tandis qu'Herman s'éclate derrière ses fûts. Retour dans les années MSG avec « Cry for the Nations » et son refrain accrocheur, de la trempe de ceux que l'on n'oublie pas, talonné par « Let Sleeping Dogs Lie » avant une nouvelle incursion côté Scorpions avec l'instrumental « Coast to Coast ».

Cette prestation est grandiose, le talent et la renommée de Francis et Herman ne sont plus à faire, leur rythmique puissante et efficace forment une assise solide sur laquelle les nappes du clavier de Wayne apportent une ambiance particulière. Le chant de Doogie se pose superbement sur l'ensemble, accompagné par la guitare rythmique de Wayne lequel nous sert également de magnifiques soli. La fluidité du jeu de Michael vient sublimer le tout. Sa relation avec sa guitare est passionnée, on ne sait qui de l'homme ou de l'instrument est le prolongement de l'autre, toujours est-il qu'ils ne forment qu'un. Son toucher de gratte est exceptionnel. Ferme les yeux, laisse-toi porter par les notes qui jaillissent de sa guitare, rapides et aériennes. Elles atteignent ton âme, te remuent les tripes et flirtent avec tes émotions.

Nous retrouvons à nouveau MSG avec « Assault Attack » et « Before the Devil Knows you're Dead » dédié ce soir à Ronnie James Dio. Ce titre est tiré du dernier album de Schenker, le « Temple Of Rock » sorti en 2011, et sera du reste le seul de cette galette interprété ce soir, Schenker réservant cet album pour des tournées futures. C'est à bord d'un vaisseau ô combien sympathique que nous explorons à présent l'univers Ufoesque à travers « Lights Out », « Let it Roll », « Shoot Shoot » et le fameux « Rock Bottom », entrecoupés du Schenkerien « On and On » et du cyclonesque « Rock you Like a Hurricane », qu'on ne présente plus. L'ovation du public est à la mesure de la prestation offerte par le combo et de la relation forte et amicale établie entre les différents protagonistes.

Le moment du rappel arrive et nous entraîne vers une balade scorpionnesque, « Holiday », amputée de son accélération finale, d'un « BlackOut » relançant la machine pour finir en beauté avec le phénoménal « Doctor Doctor ».  Rien de mieux qu'un concert en direct live pour découvrir un artiste que l'on ne connaît qu'à travers des enregistrements audios ou vidéos. Schenker m'est apparu très amaigri, les traits fatigués, mais je reste impressionnée par ce virtuose de la 6 cordes au feeling à fleur de peau qui en impose toujours, et même plus en "vrai" !!!

Cathie Wetzstein – juillet 2012