Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THE MURDERBURGERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE MURDERBURGERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 17 juillet 2012
 

How to ruin your life
(Monster Zero – 2012) 
Durée 29’06 – 15 Titres
 
http://www.facebook.com/burgercore

Formé à l’aube de l’année 2007, The Murderburgers est un combo pop punk de Glasgow qui débarque déjà avec son troisième album sur le label Monster Zero et qui pousse encore un peu plus loin les choses en emmenant sa musique un peu partout sur les routes du monde et même jusqu’aux USA où le groupe est en tournée cet été. Trois albums en deux ans, Fraser Murderburger à la guitare et au chant, Captain Tom à la basse et Stuart Rougburger à la batterie ne connaissent pas le mode stand by et c’est plutôt une bonne nouvelle pour les fans car ces Ecossais peu avares de leurs efforts progressent encore un peu à chacune de leurs sorties pour revenir cette fois avec un vrai brûlot bien punk sur lequel on remarquera la présence vocale de Flav Giorgini venu se poser en special guest sur un titre. Un mastering signé Mass Giorgini (Screeching Weasel, Queers …) pour finir de rendre le tout accrocheur et voilà les Murderburgers à pied d’œuvre pour nous en mettre plein les yeux et plein les oreilles avec une musique qui ne se perd jamais en route et qui file droit au but pour nous offrir au bout du compte pas moins de quinze titres en moins d’une demi-heure. Energie, puissance, efficacité, spontanéité … Les mots se bousculent pratiquement à là même vitesse que les riffs proposés par un power trio plein d’urgence qui se fait visiblement plaisir à écrire et à jouer une musique au moins aussi fraîche et goûteuse que l’eau pure et claire indispensable à la naissance des plus grands breuvages de son pays d’origine. Couru un peu à la manière d’un sprint, « How To Ruin Your Life » démarre en trombe avec « It’s Burger Time » et ne relâche à aucun moment son effort pour nous emmener au fil des « I Don’t Wanna Dance With You Tonight », « Moron », « Drifting Apart » et autres « Valentine’s Day 2009 » vers une ligne d’arrivée imaginaire qui n’invite à rien d’autre qu’à y retourner de plus belle pour en reprendre encore un peu plus. On aura beau dire, on aura beau faire, l’abus de Murderburgers est excellent pour la santé physique mais aussi mentale !