Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THE PONCHES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE PONCHES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Sunday, 15 July 2012
 

The long goodbye
(Monster Zero – 2012) 
Durée 19’35 – 12 Titres
 
http://www.facebook.com/theponches
http://www.monsterzero.nl

Ils sont Italiens, dédient leur histoire musicale à la cause d’un punk rock sans concession et s’attachent à en jouer avec non seulement beaucoup de talent mais aussi avec au moins autant d’inspiration … The Ponches peuvent donc décemment passer pour les futurs fers de lance de la scène punk transalpine puisqu’ils ne manquent ni de références en la matière ni d’idées et qu’ils n’ont pas leur pareil pour envoyer le bois dans un genre qui ne se contente pas en règle générale de demi-mesure. Pour Zack au chant et à la guitare, Bolzo à la guitare, Tony à la basse et Lorenzo à la batterie, rien ne vaut une bonne décharge d’adrénaline et c’est donc de la plus folle des manières qu’ils ont imaginé leur premier album, en plantant pas moins de douze titres en moins de vingt minutes et en faisant appel à Andrea Manges et Alex Bounty pour mener l’aventure à bon port. Pas de chichi, pas de fioriture inutile, The Ponches fonce droit vers sa cible et nous assène en presque moins de temps qu’il n’en faut pour le dire une volée de brûlots incendiaires qui fait vraiment plaisir à entendre tant on sent que les Turinois se sont fait du bien à les enregistrer. Avec leurs rythmiques dévastatrices et leurs riffs imparables, The Ponches forcent déjà naturellement le respect, mais c’est en arrosant en prime copieusement le tout de textes directs et d’une véritable envie de partager de bons moments avec le public qu’ils en arrivent à proposer une galette carrément irrésistible avec des titres comme « Easy Come Easy Go », « Ferriera Beach », « Star Wars Inside Me », « The Girl On The Telephone » ou encore « Sleeping », des morceaux écrits pour le live, un exercice pour lequel le quartet montre de belles aptitudes mais aussi une solide expérience. On savait déjà que l’Italie était un endroit particulièrement apprécié pour son climat, sa gastronomie et son histoire, on sait désormais que l’on y trouve aussi de très bons groupes de punk rock !