Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow PLUG&PLAY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PLUG&PLAY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 09 juillet 2012
 

Dead Line
(Autoproduction – 2012) 
Durée 55’56 – 14 Titres

http://www.myspace.com/plugnplayband

On ne présente plus cette formation champenoise qui traîne ses amplis et ses instruments sur toutes les scènes de France depuis plus de dix ans avec en prime pas moins de quatre albums à inscrire à une discographie qui sent à plein nez le blues, le rock et les seventies ! Pour Fred Randrianasolo au chant, Christophe Andrieu et Michel ‘Alan’ Brassart aux guitares, Julien Boisseau et Fred Guillemet aux basses et Eric Varache à la batterie, la vie coule comme un long fleuve pas si tranquille qu’il veut bien s’en donner l’air et c’est à force de travail de composition mais aussi de répétition que Plug&Play en est arrivé à proposer des mélodies solides, construites, changeantes et plus que tout encore équilibrées. A l’heure de donner un successeur à « Ready For The Bounce », les bad boys de l’Aube n’ont pas hésité à inverser les moteurs et faire appel bien plus que de raison à l’acoustique  … Et forcément, quand les enfants du rock se laissent aller à faire usage d’un mélange bien dosé de folk et de blues, ça fait tout naturellement des étincelles du côté des échappements !

Prenez deux doigts de mélodie, ajoutez une pincée d’énergie par-dessus et inondez le tout d’une grosse part de talent, voilà la recette qui vous conduit inévitablement vers la « Dead Line » que nous invitent à découvrir  les Plug&Play, le combo n’hésitant pas à mettre dedans beaucoup de ses titres revus et corrigés en version unplugged ou même agrémentés de quelques belles tranches de live croustillantes à souhait. Plus bluesy que jamais, le groupe n’en oublie pas pour autant de mettre ses guitares virevoltantes en avant et laisse une place de choix à la spontanéité pour nous livrer une première partie d’album fine et enlevée et une seconde plus fidèle à la tradition avec un gros côté psychédélique et seventies et bien évidemment quelques forts relents stoner. Du bonheur à n’en plus finir, voilà le programme d’une « Dead Line » où se bousculent douze pièces originales parmi lesquelles les excellents « Killer Kowalski », « I Forgot The Map », « Sunny Days » ou « Down The Road », mais aussi deux covers, et non des moindres puisque l’on y retrouve le « Bad Penny » de Rory Gallagher et la « Red Hot Mama » de Funkadelic agrémentée qui plus est de la voix de Lord Tracy de Jesus Volt. Une rythmique solide, des guitares inspirées et une voix qui sait toujours trouver sa place la plus juste, que ce soit à fond les ballons ou de façon plus posée, Plug&Play ne change pas sa manière d’être d’un iota et nous tire une fois encore une salve de morceaux pleine d’inspiration. Ca pétille dans tous les sens, c’est frais en enivrant … Du rock champagne, indiscutablement !