Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow BLOODY MARY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BLOODY MARY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 09 juillet 2012
 

Shoot me
(Bad Reputation – 2012)
Durée 41’54 – 10 Titres

http://www.myspace.com/bloodymaryrockband

Power trio français disciple de combos comme Guns’n’Roses, Led Zeppelin et les Ramones mais aussi Motley Crüe et les Nashville Pussy, Bloody Mary qui s’était fait remarquer avec une première tartine encore un peu légère, jeunesse oblige, a lentement mais sûrement franchi les étapes qui mènent y à la reconnaissance, s’offrant pour commencer un accueil plutôt chaleureux de la part des médias mais aussi du public qui portera littéralement les Lorrains tout au long d’un quart de millier de concerts donné un peu partout en Europe avant qu’il ne se retrouve en bonne place au Sonisphère 2011 avec à l’affiche des pointures dans le genre de Metallica, Slipknot, Papa Roach … Un sacré coup de pied au cul pour Peter Von Toy à la guitare et au chant, Terry Hellrider à la basse et Micky Mary aux drums qui dans la foulée se sont fendus d’un deuxième album qui leur permet de rejoindre l’écurie Bad Reputation où ils se retrouvent aux côtés de Koritni, Crucified Barbara et quelques autres jeunes loups aux dents longues ! Are you ready for rock’n’roll ?

Du heavy qui défouraille, des titres plus mid tempo, des passages très rentre dedans … Bloody Mary a gagné en maturité depuis son premier album et ça s’entend à chaque instant sur des morceaux de pur rock qui sentent vraiment bon l’énergie, la sueur et l’envie d’en finir au plus vite pour pouvoir aller se rincer le gosier au houblon ! Du coup les gars ne ménagent pas leurs ardeurs, tirant des riffs de folie et les inondant de puissance sans pour autant perdre un gramme de mélodie et de pouvoir de séduction. Un son délibérément heavy, un chant parfois un peu inspiré des groupes glam d’antan, Bloody Mary ne lésine pas sur le dosage et arrose copieusement son cocktail musical de toutes les bonnes vitamines qui conviennent, tirant à boulet rouge avec des pépites brûlantes comme « Sx.In.Xs », « Fuck You » ou « Party Of Sin », redescendant sur l’échelle de Richter du metal, mais seulement d’un cran, avec des « White Line » et des « Live And Learn » et finissant même d’enfoncer le clou en invitant deux pointures sur le rondelle, Steve Theado d’American Dog qui pose sa gratte sur « Why Won’t You Love Me Anymore » et Lex Koritni du combo du même nom qui s’incruste de fort belle manière sur un « Rock N’Roll’s Our Business » à faire de damner le plus apathique des kangourous ! Le prochain qui dit que le rock en France est moribond … n’a sans doute jamais entendu Bloody Mary ! Une erreur à réparer d’urgence …