Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow NYXTONE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NYXTONE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 27 juin 2012
 

Nyxtone
(Autoproduction – 2012)
Durée 20’49 – 8 Titres

http://www.nyxtone.com

Fort d’une solide réputation de performer acquise à force de concerts donnés depuis trois ans en Basse Normandie, Nyxtone est devenu une formation avec laquelle il faut compter dans un registre pop rock francophone, les quatre compères n’hésitant pas à mettre de grosses racines brit-pop sur des chansons écrites dans la langue d’Eiffel et de Noir Désir, s’appuyant qui plus est sur un mélange d’amitié et de complicité pour en arriver à proposer des morceaux qui font autant plaisir à entendre côté public qu’à jouer côté groupe. Pour Quentin à la guitare et au chant, Gwenn à la guitare, Pierre Alain à la basse et Pierre à la batterie et au piano, l’étape suivante à franchir était celle du studio et il faut reconnaître que de ce côté là, les jeunes gens s’en sont carrément bien sorti en couchant dans la bande pas moins de huit titres qui reflètent plutôt bien l’état d’esprit d’un groupe qui se fait visiblement plaisir à créer et à partager des compositions de très bonne facture. Avec un style très affirmé et une voix qui se veut particulièrement convaincante, Nyxtone nous dévoile des chansons travaillées avec le plus grand soin, au niveau des textes à la fois humains, lucides et directs bien entendu, mais aussi au niveau des mélodies dans lesquelles rien n’est jamais oublié, ni les riffs pénétrants, ni les breaks bien pensés, ni les tonnes de petits détails qui propulsent le tout très haut sur une sphère rock qui n’en attendait pas moins. L’œil rivé sur la mire, on se régale une vingtaine de minutes de perles comme « Terminal désertique », « Il faudrait », « Pantin » et autres « Imagines-tu ça ? », en espérant quand même que l’image finisse par (re-)venir sous la forme d’un concert par exemple. Voilà un groupe qui a de belles heures devant lui !