Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow HELLBATS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HELLBATS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 19 juin 2012
 

Kiss your world good bye
(Kicking Records – Productions Impossible Records – 2012) 
Durée 15’08 – 4 Titres

http://www.hellbats.com
http://www.kickingrecords.com

C’est plus un retour à la source qu’un pas en arrière que nous proposent les Hellbats avec cette toute nouvelle rondelle proposée au format vinyle 12’’, et pas n’importe quel vinyle en plus puisque la galette se présente dans une superbe matière rouge et noire qui colle de fort belle manière avec un psychobilly punk et qui signe une fois encore l’arrivée d’un nouveau bassiste ou plutôt d’un nouveau contrebassiste au sein du trio puisque Blondo prend place aux côtés des indéboulonnables Elibats au chant et aux guitares et Tom Toxic aux drums … Confiée une nouvelle fois à Francis Caste, la réalisation de ce nouvel effort nous réserve pour l’occasion une autre surprise, et de taille en plus puisque avant d’aborder les trois nouvelles tueries que nous proposent les Hellbats, c’est un premier morceau au piano classique, « The Way The Music Died », qui nous est dévoilé par Julie ! Surpris ? Décontenancé ? La suite n’en est pourtant que plus folle et encore plus musclée avec une volée de bois vert faite de rythmiques implacables et de guitares délurées, le tout soutenu par quelques samples bien choisis et surtout par la voix de dératé d’Elibats qui nous fait plonger dans un univers imaginaire peuplé de monstres et de personnages dignes du Rocky Horror Picture Show ! Avec trois pièces d’artillerie qui font parfois penser au croisement improbable de Motörhead et des Stray Cats, les Hellbats parviennent à nous tenir en haleine durant un petit quart d’heure, le temps de nous enfourner sans ménagement dans les oreilles leurs « Kiss Your World Good Bye », « The Comedian » et autres « Time Is Luck » absolument pas piqués des vers. Tiré à seulement cinq centaines d’exemplaires, l’ouvrage sera rapidement considéré comme un collector, une raison de plus de le commander très vite, quand bien même vous auriez mis votre vieille platine au clou puisque la tartine est accompagnée d’une carte code permettant de télécharger les quatre titres au format digital … Aucune excuse n’est donc acceptée pour passer à côté d’un tel événement !