Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow PACOVOLUME

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PACOVOLUME pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 09 juin 2012
 

Massive passive
(Discograph – 2012)
Durée 39’43 – 10 Titres

http://pacovolume.com
http://www.myspace.com/pacovolume
http://www.facebook.com/pacovolume

Ils s’est fait remarquer il y a déjà quelques années en plaçant un de ses titres sur la compil CQFD des Inrocks et depuis ce temps, PacoVolume n’en finit plus d’aller de l’avant, tirant parti de ses expériences acquises précédemment lors des trois années où il a vécu en Nouvelle Zélande pour proposer une musique aux cachets certes français mais absolument pas franchouillards, une musique définitivement grande ouverte sur le monde dans son ensemble. Confirmé par un premier album, « Manhattan Baby », le très bon départ de Paco se devait de conduire l’artiste encore plus loin et c’est aujourd’hui avec un second opus qu’il finit de se rendre indispensable, nous dévoilant au passage une dizaine de titres effarants de réalisme, une quarantaine de minutes de mélodies mises en boite dans un studio parisien avec Julien Delfaux à la console, le même qui avait déjà œuvré aux côtés de Revolver, Phoenix et quelques autres pointures encore. Quelques musiciens empruntés à The Shoes ou à Gaëtan Roussel pour mettre un terme à cette manie que l’artiste avait de tout faire en solo, du moins en studio, et voilà PacoVolume lancé sans filet dans un grand exercice de songwriting comme il les aime, en s’efforçant de suivre une démarche plus rock que jamais et de mettre dans ses compos un peu plus que les plans simples mais efficaces qu’il avait offert avec « Cookie Machine ». Au programme de « Massive Passive », on remarquera donc aussi bien des refrains entêtants que des mélodies fouillées mais aussi pas mal de vrais brûlots bien rock qui en arrivent même parfois à faire glisser le ton vers des choses plus noisy, on n’utilise pas les mêmes micros que James Hetfield innocemment, sans avoir quand même une petite idée derrière la tête … A l’arrivée, l’album se fait direct, insoutenable d’efficacité et pourtant tellement évident qu’on en arrive à se demander pourquoi les autres n’y avaient jamais pensé avant ! Un vrai bon album de rock, tout simplement …