Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JOYET

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JOYET pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 10 juin 2012
 

Autodidacte
(Tacet – L’Autre Distribution – 2012)
Durée 47’46 – 12 Titres

http://www.bernardjoyet.com

Auteur, compositeur, interprète, Bernard Joyet est un artisan des mots qui ne se pose jamais de question quand il se prend au jeu d’écrire des chansons, se satisfaisant autant de la prose que des vers au moment d’appréhender les pages d’un livre qu’il écrit comme il l’entend, en véritable « Autodidacte », un nom qui va comme un gant à son nouvel album dans lequel il se laisse rejoindre par le piano de Nathalie Miravette mais aussi par un quatuor à cordes arrangé et dirigé par Romain Didier. Considéré comme un artiste majeur par feu Allain Leprest, Joyet partage les mêmes amis et les mêmes disciples que cet autre grand poète et il n’y a là pas grande surprise tant la démarche peut paraître, si ce n’est identique, tout au moins complémentaire. C’est donc sur un confortable tapis de mots douillets mais jamais fades que l’on se plait à s’installer pour découvrir un monde plein de traits d’humour mais aussi plein de lucidité, un univers libertaire qui ne s’arrête jamais à la rime parfaite pour au contraire brosser sans contrainte un tableau aux accents impressionnistes où l’on croise un « Ado » mais aussi « Djamila », où « La leçon » n’est jamais définitivement magistrale et où l’on découvre « Entre six murs » qu’entre « La note et le mot », c’est parfois « Les mots » qui s’accaparent le mot de la fin. Tendre, délicat, enjoué voire carrément bondissant, plutôt théâtral ou plutôt cabaret, « Autodidacte » avance à sa propre manière dans sa propre direction, ne répondant qu’aux envies et aux impératifs de son créateur, et quand bien même l’auditeur n’en serait pas totalement satisfait, il ne trouverait rien de mieux à faire comme commentaire que celui que Joyet à fait lui-même : « Vous m’avez agréablement déçu ». Un album à ranger en bonne place et à portée de main sur la même étagère que ceux de Ferré, de Brel, de Ferrat, de Brassens et bien entendu de Leprest !