Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow H.E.A.T

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

H.E.A.T pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 29 mai 2012
 

Address the nation
(Ear Music – Edel – 2012) 
Durée 42’24 – 10 Titres 

http://www.heatsweden.com

Les Suédois de H.E.A.T avaient déjà fait forte impression en 2010 lors de la sortie de leur deuxième effort, « Freedom Rock », les revoilà encore plus mélodiques et encore plus rock avec en prime un nouveau vocaliste, Erik Gronwall, dont le timbre n’a pas grand chose à envier à ceux, en vrac et sans limite restrictive, de Joey Tempest, Lou Gramm, Klaus Meine et autres Jon Bon Jovi. Fort d’une liste de concerts longue comme le bras après seulement cinq année d’existence, le sextet où l’on retrouve Eric Rivers et Dave Dalone aux guitares, Jimmy Jay à la basse, Jona Tee aux claviers et Crash à la batterie joue habilement sur son côté hair band voir carrément boys band mais n’en oublie pas pour autant de composer et d’interpréter de véritables pépites de métal mélodique auxquelles ne renonceraient pas les plus habiles du genre si on leur proposait ! Avec une couleur musicale qui rappelle indiscutablement Europe mais aussi avec un versant qui nous transporte vers le meilleur de Foreigner, H.E.A.T s’inscrit directement dans une musique teintée eighties et assume pleinement la chose. Ressortez les vieux spandex à rayures et les vestes à patches, ça risque fort de servir !

Simple, direct, efficace, presque évident pourrait on dire par moment, « Address The Nation » n’est pas l’album qui vous fera tomber à la renverse de votre chaise par son originalité mais il est peut être celui qui réussira à vous faire mettre un genou à terre pour saluer la qualité de son contenu et l’intelligence de son jeu. A l’exercice pas facile de faire du rock eighties, hard ou non, pas mal de combos se sont cassé les dents en se montrant présomptueux mais dans le cas de H.E.A.T on dépasse très largement le stade du clonage pour en arriver à un niveau digne voire même par moment très supérieur à celui des modèles avoués. Dans une alternance de bons et de très bons titres, les guitaristes n’en font ni trop ni trop peu, assurant la mélodie avec une régularité à toute épreuve et plaçant le solo toujours très juste pour enjoliver les choses, soutenus par des claviers très intelligemment dosés et par une rythmique aussi à l’aise en ballade et en mid tempo que sur des titres plus rugueux. On saluera une entame intéressante avec « Breaking The Silence » et une suite qui ne l’est pas moins avec des craqueries comme le musclé « Falling Down » et le sensuel « The One And Only », le superbe « In And Out Of Trouble » avec son intro de saxophone et le non moins inspiré « Heartbreaker » qui ne laissera personne de marbre. Une attaque en règle des charts suédois avec le tubesque « Living On The Run » et un appel du pied aux télés avec le clip qui l’accompagne et voilà H.E.A.T bien armé pour reprendre la longue route des salles et des festivals … Ca s’appelle « Adress The Nation » et ça parlera forcément aux nostalgiques d’une époque bénie pour les amateurs de hard rock mélodique !