Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JENX

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JENX pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 25 mai 2012
 

Enuma elish
(Season Of Mist – 2012) 
Durée 50’24 – 11 Titres 

http://www.jenxnoise.com

Un premier album déjà lui-même précédé par un maxi avait permis à cette formation rassemblant divers acteurs issus de la scène d’Aquitaine de se faire une solide réputation et d’aller se frotter sur les planches avec des combos comme Gojira, Loudblast, Dagoba, Watcha et autres Punish Yourself, c’est de retour avec une deuxième tartine de onze titres que Jenx enfonce le clou de son metal indus, et de fort belle manière en plus. Pour Xav Jenx aux voix et à la basse, Jessy et MaX aux guitares, Lyynk aux claviers et aux machines et enfin Tiko aux drums, l’essentiel n’est pas tant de se faire remarquer par les médias que de prendre du plaisir à jouer tout en en donnant autant que faire se peut au public qui assiste à leurs prestations endiablées, c’est sans doute pour cela qu’ils se sont efforcés de proposer une nouvelle galette tellement sulfureuse et bouillante que l’on est très fortement tenté de la taxer de volcanique. Des effets de style à n’en plus finir et des arrangements tirés à quatre épingles, une paire de guitares qui défouraille et des breaks plus ingénieux les uns que les autres, une pointe d’electro pour agrémenter le tout et une voix de psychopathe pour enfoncer le clou, difficile pour ceux qui apprécient les musiques extrêmes de ne pas céder à la tentation de cette création aussi ambitieuse que fouillée qui nous réserve au détour des sillons quelques brûlots incendiaires dans le genre de « Burning Pride », « Nibiru », « Blood Obsession » ou encore les deux parties successives et complémentaires de « Sycamore » qui referment l’effort de façon assez originale dans l’absolu mais tellement classique pour les Bordelais puisqu’ils s’y efforcent une fois encore de faire cohabiter en bonne intelligence l’indus et le metal. Solide et puissant à la scène, Jenx ne l’est pas moins sur ses albums et ce deuxième volume des œuvres du groupe s’attache à nous le rappeler à chaque instant. Si ce n’est pas Jenx qui vient à vous, on vous conseille vraiment de faire l’effort d’aller à eux, en glissant « Enuma Elish » dans votre platine pour commencer bien entendu, mais aussi et surtout en allant ensuite les découvrir en live !