Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THOMAS BELHOM

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THOMAS BELHOM pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 19 mai 2012
 

Rocéphine
(Ici d’Ailleurs… – Differ-Ant – 2012) 
Durée 45’53 – 15 Titres 

http://www.thomasbelhom.com
http://www.myspace.com/thomasbelhom

Il n’est pas né de la dernière pluie puisque l’on a pu le croiser non seulement en groupe en compagnie de quelques pointures comme Calexico, Tindersticks ou Amor Belhom Duo mais aussi sous son propre nom avec des albums comme « Remedios » ou « No Border », il n’y a dès lors rien de bien surprenant à retrouver Thomas Belhom sur une nouvelle aventure solo qui se veut plus conceptuelle que jamais. Assurant les guitares, claviers, accordéons, buggles et autres percussions mais aussi le chant, l’artiste n’en a pas moins invité des amis à poser les cuivres, vents, cordes et basses sur « Rocéphine », un album particulièrement sombre et grave qui nous transporte au plus profond de l’être pour y découvrir tout ce qui s’y passe, le meilleur comme le pire, et qui ne laisse personne de marbre tant il sait se partager entre des sensations qui peuvent être totalement opposées. Avec des ambiances qui rappellent Robert Wyatt et un travail tout particulièrement soigné sur la composition et les arrangements, Thomas Belhom en arrive à nous livrer un album d’une urgence insoutenable, un opus qui en arrive par moment à glacer le sang du plus endurci des auditeurs et qui se fraye un chaque instant un passage entre la pop et le post rock pour nous confronter sans aucune retenue à des titres tantôt insoutenables et tantôt irrésistibles comme « L’avancée en moi », « Champignon agréable », « Rue de l’Espérance » ou encore « Excursion ». Poussant les choses jusqu’à leurs extrémités les plus reculées, Thomas Belhom fait, à l’image de la médication qu’il nous propose, un chemin à l’envers, un voyage de la maladie jusqu’à la guérison, aussi fragile puisse t’elle être. Les écoutes successives ne font qu’améliorer la perception que l’on peut avoir d’une œuvre un peu compliquée à saisir au premier abord mais particulièrement captivante ensuite. Une belle expérience donc !