Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SBB

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SBB pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 15 mai 2012
 

SBB
(Metal Mind Productions – 2012) 
Durée 78’16 – 16 Titres

http://www.sbb.pl
http://www.metalmind.com.pl 
http://www.myspace.com/metalmindproductions

Ils n’en finissent plus d’enchaîner les sorties d’album et il y a maintenant plus de quarante années que ça dure, c’est dire si l’inspiration qui anime le combo piloté par le claviériste Józef Skrzek, le guitariste Apostolis Anthimos et le batteur Gabor Nemeth est intarissable. Revenue cette fois avec un album éponyme de pas moins de seize titres, cette figure de proue du rock progressif polonais nous embarque dans une nouvelle œuvre instrumentale comme SBB sait si bien les imaginer et nous laisse entrevoir de nouvelles idées qui ne s’en laissent pas conter, la monotonie n’étant jamais au programme dans la musique d’un groupe qui sait toujours aller directement là où l’on ne l’attend pas, quand bien même on est parfois tenté de se dire que tout ou presque a déjà du été fait et dit depuis son premier album sorti en 1972. Portées par des claviers toujours aussi inspirés mais aussi de temps en temps par un harmonica, les nouvelles compositions se veulent plus aériennes que jamais et font preuve d’un dosage particulièrement soigné de technique et de feeling pour se lancer dans l’exercice pas évident du rock expérimental sans pour autant tomber dans la démonstration pure et simple. C’est donc avec toujours le même plaisir que l’on découvrira de nouvelles élucubrations comme « Niemen », « Ameryka » ou « Lot Nad Chicago » qui ne pourront que combler de plaisir les nombreux fans d’un groupe qui a toujours eu à cœur de ne pas les décevoir … Quant à eux qui étaient jusqu’alors réfractaires au talent de SBB, ils  n’en démordront pas cette fois encore tant cette nouvelle sortie s’inscrit dans le prolongement de reste de l’œuvre des Polonais. Bon sang ne saurait mentir …