Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow LA MINE DE RIEN

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LA MINE DE RIEN pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 13 mai 2012
 

Live
(Tête de Pioche – 2012) 
Durée 64’15 – 16 Titres

http://www.laminederien.com

Neuf années de bons et loyaux services et pas moins de cinq centaines de concerts destinées à aller prêcher la bonne parole de leur musique auprès d’un public sans cesse plus nombreux, que ce soit en France mais aussi en Suisse, en Belgique et même au Canada, La Mine De Rien a compris que pour faire vivre ses trois albums, c’était à la scène qu’il fallait faire des efforts et il n’y a dès lors rien de bien étonnant à retrouver le groupe sur un album live, témoignage s’il en fallait encore de toute l’énergie qu’il sait développer quand on lui offre la possibilité de monter sur des planches et de s’y produire. Toujours aussi empreint de culture tzigane mais aussi de chanson avec dedans une part de rock et une autre de world, le quintet lyonnais nous fait replonger de fort belle manière vers un répertoire dans lequel les cuivres et les vents sont la réponse naturelle aux rythmiques solides et bien balancées. Seize titres dont un inédit et quelques surprises, il va fait chaud du côté de La Mine De Rien !

Capable de nous faire entrer directement dans la peau des autres rien qu’avec des textes très intelligemment pensés, Yoshka nous invite avec une certaine force de conviction à pénétrer dans un monde qui n’appartient qu’au groupe, un univers fait de voyages et de bohème mais aussi d’une grosse dose d’humanisme et d’au moins autant de lucidité, l’intégration se faisant sans la moindre difficulté grâce à une première volée de titres comme « La tête allant vers », « La boite noire » ou « Tes yeux noirs ». Le volume monte peu à peu et La Mine De Rien se fait plus festive, plus enjouée, traversant « L’adultère » et « Babel » pour en arriver sans temps mort vers « Morphée » et poursuivre à un train soutenu jusqu’en « Roumanie », le véritable hymne historique du quintet qui sera ici agrémenté et survolté par la présence exceptionnelle de deux des Ogres de Barback, Mathilde et Sam Burguière. La fête bat son plein et La Mine De Rien ne laisse plus dès lors retomber l’intensité jusqu’à la fin de l’effort, une fin appelée à nous remettre « La tête à l’endroit », du moins jusqu’à la prochaine fois … Le fan se régalera de bout en bout, c’est sur, d’autant que ce « Live » nous réserve la présence de « Faire face » que ceux qui n’ont pas vu le groupe sur scène ne connaissaient pas encore. Le reste n’est que plaisir et feeling, et rien que pour ça, on aime !