Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow ASPIRATEUR DE LANGUE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ASPIRATEUR DE LANGUE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Thursday, 10 May 2012
 

Desire
(Autoproduction – 2012) 
Durée 20’35 – 4 Titres

http://www.aspirateurdelangue.com/
http://www.myspace.com/aspirateurdelangue

On avait découvert « Sweet », le deuxième volet du triptyque d’Aspirateur De Langue l’hiver dernier et comme convenu, une année après la naissance du premier acte, « Hot », c’est en mettant un point final à cette création ambitieuse que le combo nantais à géométrie variable et aux influences diverses nous délivre sa dernière ordonnance, « Desire ». L’occasion parfaite de retrouver le frontman Kévin Hill pour la suite et la fin de ces aventures qui piochent autant dans le rock progressif à la Gong que dans la fusion à la Mr Bungle et qui y associent des relents rock et free jazz pour en arriver au bout du compte à une musique qui fait office de big bang, de chaos total, et qui pourtant ne manque jamais ni de qualités artistiques, ni d’inspiration, ni bien entendu de la folie inhérente à ce genre de groupes. C’est donc un peu émoustillé que l’on découvre « Desire » sans même se replonger sur les chapitres précédents et c’est une fois encore un groupe illuminé et visionnaire que l’on y découvre au travers d’un tittle track pas piqué des vers mais aussi de trois autres gymnastiques de l’esprit qui ont donné naissance à « Bla-Bla », à « Tequila » et à « Roll », des titres pas forcément prévisibles quand on se souvient des précédents épisodes, et pourtant tellement complémentaires que l’on se dit que c’est bien ceux là qu’Aspirateur De Langue se devait d’utiliser en guise de conclusion. De la fanfare jusqu’au rock débridé, des cuivres jusqu’aux grosses guitares, rien ne nous aura été épargné jusqu’au bout de cette folle aventure aux relents conceptuels mais une chose est certaine, maintenant on la tient et il ne reste plus qu’une chose à faire, se replonger dans l’intégrale du projet « Hot*Sweet*Desire » en attendant que le groupe ne le complète bientôt par une intégrale en DVD qui rassemblera tout ce qui a été fait de clips et de vidéos autour de cette folle idée qui a tenu les fans en haleine une année tout entière. On n’en finira donc jamais ?