Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow STEVE STRONGMAN

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

STEVE STRONGMAN pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 08 mai 2012
 

A natural fact
(Zeb Productions – 2012) 
Durée 37’56 – 12 Titres

http://www.stevestrongman.com

Récompensé en 2011 par le Maple Blues Award du meilleur guitariste de l’année, Steve Strongman est incontestablement une des valeurs sures de la scène canadienne, mais son talent a largement été acclamé plus loin que de grosses manifestations comme le Festival International du Blues de Tremblant ou le Festival de Jazz de Montréal puisque le bluesman s’est produit des USA jusqu’au Brésil ou encore en Europe où il a connu les faveurs des publics Français et Suisses grâce à son talent mais aussi à son charisme. Vingt ans de carrière et de tournées ont fini par faire reconnaître Steve Strongman comme un des très grands bluesmen électriques internationaux et c’est en une sorte de contrepied qu’il revient cette fois vers les bacs avec un ouvrage aussi surprenant que réussi, un album acoustique mené à bon terme en compagnie d’Alec Fraser aux basses, de Dave King à la batterie, de Jesse O’Brien au piano mais aussi de quelques invités. « A Natural Fact » comme il le dit si bien lui-même …

Capable de faire passer une émotion non seulement avec sa guitare mais aussi avec sa voix et accessoirement avec un harmonica, Steve Strongman nous démontre en pas moins de douze compositions qu’il est un musicien tout aussi inspiré quand il s’agit de tirer de belles choses d’un résonateur ou d’un guitare acoustique que quand l’appel des watts se fait sentir et ce sont de véritables pépites de sons qu’il nous délivre une à une sur un effort en noir et blanc, artwork inclus, sur lequel il rend hommage à sa manière aux musiques noires américaines. Rejoint par la voix de Suzie Vinnick sur le superbe « Leaving », Strongman nous emmène du delta blues jusque vers le folk blues ou le ragtime et laisse pleurer ses instruments en jouant tantôt en picking et parfois très intelligemment du bottleneck, ne renonçant pas non plus à nous offrir de beaux passages où guitare et piano re rejoignent et arrivant finalement au terme d’une petite quarantaine de minutes à proposer un album de très grande qualité sur lequel on se laisse tenter à mainte reprises par des morceaux comme « Can’t Go Back », « I Forgot », « Rockin’ Chair Blues », « Fool Of You » et tant d’autres encore. Si vous n’arrivez pas à faire venir l’album jusqu’à vous, une seule issue, traversez l’Atlantique pour aller le chercher, la satisfaction est garantie !