Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow PIGS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PIGS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 07 mai 2012
 

You ruin everything
(Solar Flare Records – 2012) 
Durée 42’36 – 11 Titres

http://www.pigsnyc.com

Formé conjointement par Dave Curran, le bassiste d’Unsane qui troque ici son instrument contre une guitare et un micro, et par le batteur Jim Paradise, Pigs a toujours eu à l’esprit l’envie d’être le groupe le plus direct et le plus urgent de l’histoire du rock. Jusque là, tout va bien, ou presque … Et puis c’est en invitant le producteur Andrew Schneider à tenir la basse sur quelques prestations que le duo est devenu un trio, ce dernier refusant de rendre les clefs du local à ses nouveaux complices et s’incrustant de manière éhontée mais tellement agréable au sein du groupe que les deux créateurs ne pouvaient que finir par l’intégrer parmi eux. Et grand bien leur en a pris puisque celui qui avait déjà produit Unsane mais aussi Converge ou encore Cave In a fini par trouver le son le plus juste pour Pigs, réussissant bientôt à enfermer tout le monde en studio pour y graver pas moins de onze titres dans le marbre et parvenant finalement à faire de « You Ruin Everything », la galette qui en est ressortie, une véritable tuerie de metal extrême avec à la clef des accents doom, trash et stoner comme on n’aurait même pas osé les imaginer. Exténuant comme une journée passée en plein soleil à étaler du goudron sur les routes de Californie, bouillant comme l’eau des geysers de Yellowstone, puissant comme un truck lancé sur les highway droites et interminables de l’Ouest américain, l’album est bien décidé à ne laisser aucun survivant derrière lui et c’est à force de titres insoutenables de lourdeur et de violence comme « Give It », « Outburst Calendar », « Small C Celebrity » ou « Mashantucket » qu’il en arrive à ses fins au bout d’une quarantaine de minutes aussi intenses que décadentes. Oreilles sensibles, passez au plus vite votre chemin, Pigs ne s’adresse qu’aux brutes épaisses et autres amateurs de metal sans concession. Cochon qui s’en dédit !