Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow NORBERT "NONO" KRIEF GROUP à DENAIN (62)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NORBERT "NONO" KRIEF GROUP à DENAIN (62) pdf print E-mail
Ecrit par ChrisTTophe  
jeudi, 19 avril 2012
 

NORBERT NONO KRIEF GROUP 
THEATRE MUNICIPAL DE DENAIN (62) 
Le 30 mars 2012

http://www.nonokrief.com/  

Retrouvez toutes les photos de PAD sur http://www.flickr.com/photos/photospad/  

Remerciements : Laure Altar (Veryshow).

« Denain, 2 grands de la 6 cordes, 4 artistes inspirés par 1 public conquis » telle pourrait être l’accroche chiffrée de cette soirée au théâtre municipal de la ville à feu Patrick Roy.

Nous avions vu une semaine auparavant, NNK Group à Lax face à 2000 Aveyronnais déchaînés, nous voici dans le Nord pour voir l’accueil des cheuteumi. Et bien malgré le prix des places, l’absence de publicité locale, c’est en nombre que les fans de notre Nono national avaient fait le déplacement. Visiblement avides de rock’n’roll et de grosses guitares, ils attendent fébrilement que les opérations démarrent. A 20h40 suivant une longue intro instrumentale, Pat Llaberia investit la scène. Ensuite vient Sly Léon Combettes qui de sa basse épaissit l’ambiance. Kan s’installe alors derrière ses fûts. Il ne manque plus que Nono tout de blanc vêtu qui se place au milieu de la scène pour attaquer « Blink Of An Eye».

Le groupe envoie sec et immédiatement le public gigote et se dandine dans les fauteuils. Les trois premiers titres avec « A Dieu » et « Do It Right » sont enchaînés, ce qui permet de ne pas perdre la pression et de tenir la salle. Nono s’adresse à son public et démarre « Here & Now » suivis d’autres titres de son premier opus comme « She’s Burning Up My bed » ou « Brève histoire » mais aussi d’un classique Beckien comme « Brush With The Blues ». On n’a pas de guitares survitaminées sans un duel. « Train » en offre le support. On est bien là pour s’amuser, ne pas se prendre la tête et sur scène ils en profitent aussi, donc on ne boude pas notre plaisir de voir Nono et Pat partir en improvisation et se répondre l’un l’autre.

Sans y prendre garde, le premier tiers de set vient de s’écouler pour poursuivre sur un moment que certains attendaient, le medley Trust. On aura le droit à une visite du « Mitard », un passage de « L’Elite » et une série de hoho … euh, pardon de l’indissociable « Antisocial » avec le public debout et devant. On garde l’esprit aux souvenirs avec un second medley RnR contenant un « Satisfaction », « Moby Dick » et un « Crosstown Traffic ». Booo-nheur. Kan en profite pour placer un solo de batterie de toute beauté.

C’est un beau concert auquel on a le droit ce soir les Denaisiens ! Ce n’est pas « que » Nono et son album, c’est un groupe qui prend joie à visiter le rock, y compris les titres des frères Krief. Le « What A Wonderful World » à la Ramones n’est pas là pour démentir. « Ca va mes amis ? ». On poursuit pour se calmer un peu et reprendre des forces avec deux instrus, « Light In Tunnel » et l’excellent « Borderline ». 

« How Does It Feel » marque l’entrée dans le dernier tiers de ce gig qui avance trop vite, preuve s’il en est que tout le monde prend son pied. On va alors enchaîner des classiques du rock. « You Keep Me Satisfied » verra la salle de nouveau debout et sortie de ses fauteuils. Un petit instru pour calmer le trop plein de chaleur ? « Vagabondage » est là pour ça. Vagabondages, vagabondages, c’est le moment de parler des excursions de Nono dans la salle. Partager un moment musical c’est bien, le partager physiquement c’est mieux et Norbert le sait bien. C’est ainsi que dans les deux heures de show, il fera trois passages dans les allées avec pour le dernier une balade dans la salle et en miroir de Pat Llaberia. 

Définitivement, tout le monde a le compte-tour dans le rouge et on terminera « On The Road Again » en « Harley Davidson » pour que « You Shook Me All Night Long » dans notre « Midnight Rambler ». C’était facile de terminer le report comme cela mais le choix des titres de fin s’y prêtait bien. Bon, les showmen avaient tout donné et nous n’auront pas de rappel. On retrouvera nos copains dans les loges, fatigués mais heureux de cette belle soirée au théâtre municipal avec 1 public conquis par 4 artistes dont 2 grands de la 6 cordes à Denain. Tiens, je l’avais pas déjà faite celle-là ?

ChrisTTophe – avril 2012