Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THE POPOPOPOPS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE POPOPOPOPS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 06 mai 2012
 

A quick remedy
(ZRP – 2012) 
Durée 17’36 – 5 Titres

http://www.thepopopopops.com

Formé en 2007 puis révélé un an plus tard sur ses propres terres lors des Transmusicales, ce quartet rennais au nom atypique a très vite franchi les étapes qui conduisent au succès et c’est en se retrouvant bientôt sur les planches du monde entier, de Hollande au Canada en passant par la Russie et l’Espagne, que The Popopopops qui avait été également repéré à l’Eurosonic en 2009 a gagné ses premières lettres de noblesse, se retrouvant dans la foulée en première partie de Pony Pony Run Run lors de son Zénith parisien et décrochant en prime le prix CQFD des Inrocks avant de commencer enfin à penser à s’enfermer en studio pour y planter les germes d’un premier effort, un maxi de cinq titres qui s’installe aujourd’hui à la croisée d’influences piochées entre Talking Heads, New Order et A Tribe Called Quest. Composé avec beaucoup d’ingéniosité et interprété avec un certain sens de la mélodie qui renverse tout sur son passage, « A Quick Remedy » est assurément un très gros pavé jeté dans la mare de la pop contemporaine avec l’espoir avoué de la faire déborder, histoire de finir de se faire remarquer d’une part et de l’autre de se rendre définitivement incontournable voire même indispensable avec des titres tantôt romantiques comme « My Mind Is Old », tantôt hallucinés comme « R’n’R », tantôt carrément planants comme « Wavelength », tantôt électrisants comme « Halcyon Days » … On remarquera encore la présence de Gaëtan Réchin de Pony Pony Run Run sur « Color » et on s’accordera à saluer une production particulièrement bien léchée qui finit de laisser entrevoir pour The Popopopops un décollage en bonne et due forme vers le sommet des charts internationaux. Ceux qui claironnaient aux quatre vents que la pop française n’était pas à la hauteur de ce que proposent les combos anglo-saxons vont en être pour leurs frais, c’est certain !