Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BEN POOLE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BEN POOLE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 05 mai 2012
 

Let’s go upstairs
(Autoproduction – 2012) 
Durée 48’42 – 12 Titres

http://www.benpooleband.com

Deux ans se sont écoulés depuis la sortie du maxi « Everything I Want » et c’est enfin avec son premier album que Been Poole revient sur le devant de la scène anglaise mais aussi plus largement européenne puisque le guitariste s’est fait remarquer en mars dernier à Berlin lors de sa participation au 2ème European Blues Challenge puis sur la quinzaine de dates qui l’ont conduit en Belgique, en Allemagne et aux Pays Bas. Avec un jeu directement inspiré des plus grandes pointures du blues et du rock et une virtuosité saluée par ses modèles, de Gary Moore à Ritchie Kotzen, ce très jeune et brillant musicien doublé d’un chanteur à la voix particulièrement chaude n’a pas eu beaucoup de mal à se forger une solide réputation et c’est aujourd’hui en prenant quelques risques mesurés, celui de se laisser attirer par de nouvelles couleurs musicales et entre autres par la soul, qu’il débarque de fort belle manière dans les discothèques des spectateurs de ses concerts, en attendant une véritable distribution et une entrée digne de ce nom dans les bacs …

Compositeur parmi les plus inspirés, Ben Poole n’en oublie pas pour autant d’aller rendre visite aux autres songwriters et s’attarde autant sur des œuvres comme « Atmosphere » empruntée à Patrick Jason Matthews, comme « I’m Gonna Tear Your Playhouse Down » piochée du côté de Earl Randle ou carrément comme le « Mr. Pitful » d’Otis Redding pour mieux asseoir le succès de ses propres morceaux. Parti de fort belle manière avec « Hanging In The Balance », l’homme à la Telecaster se lâche totalement et très spontanément sur des pièces d’orfèvrerie pleines de blues, de groove et de soul comme « Love Nobody No More », « Over It Now » ou « Let The Rain Come Down », et s’il délaisse parfois un peu ses formidables soli de guitar hero sur « Let’s Go Upstairs » au profit de son versant plus charmeur voire même carrément crooner, c’est sans doute pour élargir encore un peu plus l’éventail de son public en lui proposant une musique plus émancipée et plus accessible, un peu moins démonstrative peut-être mais tout aussi réjouissante tant elle est jouée avec un mélange d’envie, de passion, de plaisir et de respect. On s’en doutait déjà un peu mais il le confirme avec son premier album, Ben Poole est un artiste appelé à devenir au plus vite un des incontournables du blues. Qu’on se le dise !