Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow MAMA’S BISCUITS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MAMA’S BISCUITS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 01 mai 2012
 

Evil Gal
(Tempo – Believe – 2012) 
Durée 39’25 – 14 Titres

http://www.mamasbiscuits.com

L’eau a pas mal coulé sous les ponts du blues depuis le dernier album de Mama’s Biscuits sorti en 2005, mais pourtant le groupe emmené par sa chanteuse Véronique Sauriat n’a jamais véritablement arrêté de se produire de festival en festival, contribuant à écrire les plus belles pages de manifestations dédiées au genre comme celles de Cognac, de Cahors, d’Avoine, de Salaise ou de Cabannes mais aussi au Jazz comme c’est le cas à Enghien. Au sein de sa formation à géométrie variable, la blueswoman à la voix façonnée à grand renfort de gospel et de rhythm’n’blues aura dévoré sans jamais prendre un gramme nombre de Biscuits parmi lesquels on se souviendra notamment des fameux Tortilleurs de Benoit Blue Boy et c’est aujourd’hui avec sa nouvelle équipe regroupant Manu Guillou aux guitares, Jean-Marc Despeignes et Pascal Lefèvre aux basses, Bala Pradal aux ivoires et Philippe Floris aux drums qu’elle revient au meilleur de sa forme pour un « Evil Gal » appelé à faire du bruit auprès des amateurs de swing et de soul des fifties et sixties !

Associant un trait de compositions et un autre de covers, Mama’s Biscuits parvient très naturellement à trouver un très juste équilibre entre toutes les couleurs que le groupe a choisi de décliner sur une rondelle soignée aux petits oignons tant au niveau de la qualité technique qu’au niveau d’un feeling omniprésent. Très en voix, Véronique Sauriat se pose avec une sensualité folle sur un tapis rythmique des plus confortables et se laisse aller à vibrer au gré de l’orgue Hammond ou à bondir sur un lick de guitare un peu plus enjoué, retrouvant au passage quelques invités comme Stan Noubard Pacha venu poser un solo de guitare sur le title track ou Benoit Blue Boy venu tirer un trait d’harmonica sur « Tell Me Baby », une des compositions à mettre au crédit de la vocaliste. Tour à tour aguicheuses, séduisantes, mutines ou plus simplement agréables à l’oreille, les quatorze chansons nous transportent de Percy Mayfield à Jessie Mae Robinson et de Buddy Johnson à Eddie Green au travers de quelques pièces vintage et croustillantes comme « No More Love » ou « A Good Man Is Hard To Find », mais c’est véritablement grâce à quelques œuvres personnelles qui fondent sous la langue comme « I Won’t Try Anymore », « Mother’s Song » ou « Sweet Papa Blues » que Mama’s Biscuits parvient à s’imposer définitivement comme un très grand groupe de blues, de swing, de soul et de rhythm’n’blues. Les formations américaines n’ont qu’à bien se tenir …