Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow QUINTANA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

QUINTANA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 23 avril 2012
 

El mayor enemigo
(Casa Tarricone – 2012) 
Durée 29’47 – 10 Titres

http://www.facebook.com/pieroquintana

Il y a plus d’une vingtaine d’années que Piero Quintana promène ses guitares et ses chansons sur les routes de France et d’Espagne et après avoir publié trois albums avec le projet Quintana Roo et quatre de plus avec Liga Quintana, après avoir offert en pâture à ses fans un film rockumentaire en 2010, c’est en solo qu’il se lance dans une nouvelle histoire, toujours musicale bien entendu. Quelques centaines de concerts n’ont en rien entamé l’envie de cet homme orchestre et c’est avec ses bottes et son chapeau mais aussi avec sa guitare, son harmonica, une grosse caisse et une vieille boite à rythmes que Piero retrouve les chemins de traverse d’un rock fortement teinté de folk pour y proposer une création qui lui ressemble trait pour trait, un album à la fois chaud, riche, coloré et sensuel, un ouvrage qui ne s’embarrasse pas de détails trop compliqués mais qui s’efforce en lieu et place d’en appeler le plus possible à l’humain et à sa sensibilité. Rejoint sur l’ouvrage comme il l’est de temps en temps sur scène par son vieux complice guitariste et organiste Tom Lopez, Piero Quintana se laisse aller à nous dévoiler des morceaux qui voguent sur des sonorités acoustiques du plus bel effet et qui en appellent à une voix particulièrement puissante et colorée, une vraie voix de crooner qui contribue à installer avec beaucoup d’intelligence des ambiances conviviales, même si elles sont parfois un peu étranges, des cachets entre saloon et cabaret qui prennent toute leur envergure au gré des « Amigo », « Realmente », « Donde Iran » et autres « El Muerto Vivo ». Un petit côté obscur qui pourrait presque le faire passer pour un écorché vif, un chant en Espagnol qui donne une sensualité exotique à l’ouvrage, Quintana ouvre une nouvelle voie à sa musique et le fait tellement naturellement que l’on appréciera forcément « El Mayor Enemigo » !