Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow I’M HALF-DIVINE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

I’M HALF-DIVINE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 22 avril 2012
 

Trumpets & Helicons
(Onival Musique – 2011) 
Durée 34’27 – 11 Titres

http://www.halfdivine.blogspot.com

Ils avaient marqué l’entrée du monde dans le nouveau millénaire en sortant un premier album dans lequel le ton était au bricolage et à un mélange de mélancolie et de pop, dix ans après, I’m Half Divine qui entre temps s’est affirmé artistiquement sur deux compilations revient avec un deuxième album forcément un peu plus construit, un peu plus affirmé et pour tout dire beaucoup plus abouti. Bien décidé à jouer la carte de la finesse et de la sensibilité, le groupe installé entre Paris et New York a rassemblé une dizaine de personnes apportant toutes sortes de guitares, de claviers et de percussions et s’est jeté sans la moindre retenue dans un recueil de onze chansons teintées de poésie mais aussi de sensualité, le tout baigné dans un mélange plutôt atypique de pop classieuse et de rock un brin déjanté. Posé directement un cran au-dessus de ce qui se fait dans la chanson folk et pop, « Trumpets & Helicons » appartient à ces albums qui ne s’encombrent pas d’effets racoleurs et qui misent plutôt sur une qualité de songwriting que sur des plans éculés tout juste bons à séduire la clientèle des radios trop lisses et trop formatées. Conscient de sa singularité mais aussi de la force qui en découle, I’m Half Divine n’hésite pas à laisser un gros son saturé s’inviter à l’occasion mais met surtout le paquet sur la diversité et sur la qualité de ses instrumentations pour parfaitement mettre en avant des morceaux comme « Close To The Bone », « When I Was A Bimbo Girl », « Flashers Need Company » ou « Nineteen Summers » qui surprennent parfois un peu mais qui finissent toujours par charmer et par s’installer dans la mémoire de celui qui se penche sans arrière pensée sur un album à écouter avec beaucoup d’attention et à un niveau de volume assez soutenu. Mieux vaut être prévenu …