Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow KRONEM

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

KRONEM pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 18 avril 2012
 

Pocahontas
(Ici c’est Nulle Part – Cie Baba Yaga – 2011) 
Durée 38’24 – 11 Titres

http://www.kronem.net

Trois démos, un maxi et maintenant un premier album, Romain alias Kronem n’a pas chômé depuis 2008, année durant laquelle il a décidé d’attraper sa guitare et de mettre sa voix dessus pour proposer à un public en mal de sensations fortes une musique qui en appelle autant à Neil Young qu’à Pearl Jam. Sans le moindre artifice, avec juste un ampli pour mettre des watts autour de sa guitare et un chant brut de décoffrage qui ne s’embarrasse pas de détails, Kronem avait de fortes chances de rester dans l’ombre, mais c’était sans compter sur sa bonne étoile et surtout son talent qui lui ont permis de se faire remarquer rapidement par le public et par les médias, il faut dire que le bonhomme avait dans ses cordes quelques beaux accords à proposer et au moins autant de mélodies pour emballer le tout. Alors forcément, quand il se lance dans le grand bain avec « Pocahontas », ça fait des étincelle dans la platine et c’est en entrant à tour de rôle dans la peau du songwriter et dans celle du riffeur incendiaire que Romain nous scotche au mur avec pas moins de onze titres qui sentent bon le rock avec des fois des accents Fugazi, d’autres fois de lointains relents Nirvana … Interpellé par « 24/48 », convaincu dès les premières mesures de « Drown », on plonge ensuite sans aucune hésitation dans un tourbillon de titres plus dingues les uns que les autres, les « Down By The River », « Dress » et autres « Teenage Angst » se chargeant naturellement de maintenir l’attention en éveil et de faire voyager l’auditeur dans un univers un peu étrange et en même temps tellement attirant par ses côtés troubles, sombre voire par moments épileptiques. Installé à un endroit un peu particulier de la scène rock française, entre le rock garage et le post punk avec en prime un je ne sais quoi de folk pour brouiller les pistes, Kronem assume parfaitement son rôle d’électron libre, et mieux encore, il en fait une force en le revendiquant clairement. Attention, talent !