Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow WALTER TROUT

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

WALTER TROUT pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 15 avril 2012
 

Blues for the modern daze
(Provogue – Mascot Music – 2012) 
Durée 77’52 – 15 Titres

http://www.waltertrout.com

Il a commencé sa carrière à la fin des années 60 comme sideman de luxe de Percy Mayfield et John Lee Hooker avant de passer par des groupes de légende comme Canned Heat ou les Bluesbraekers de John Mayal dans les années 80 puis de se consacrer à une carrière personnelle depuis les années 90 au travers de ses formations successives qui prendront le nom de Walter Trout Band ou Walter Tout And The Radicals avant de simplement se contenter du patronyme du chanteur et guitariste. Apprécié non seulement aux Etats Unis mais aussi de notre côté de l’Atlantique où il jouit d’une certaine réputation, ce bluesman né doublé d’un guitar hero revient avec un ouvrage un peu spécial sur lequel il s’efforce de marcher un pas à côté de tout ce qui a été fait auparavant par les autres et par lui-même, un album original et un tout petit peu décalé sur lequel on retrouve Sammy Avila aux claviers, Rick Knapp à la basse et Michael Leasure à la batterie … Une équipe aussi soudée qu’efficace !

Aller de l’avant sans pour autant tout bousculer dans un genre vieux d’un siècle, insuffler une grosse dose de modernisme tout en réussissant à ne pas brusquer ni offusquer les fondus de traditions, c’est le jeu pas évident auquel s’est essayé Walter Trout sur « Blues For The Modern Daze » et c’est avec une certaine réussite qu’il nous dévoile pas moins de quinze pièces originales sur lesquelles les douze mesures n’hésitent pas par moment à sortir un peu du cadre et à marcher hors des clous pour mieux s’étourdir, même si le rendu d’ensemble retourne naturellement regarder régulièrement du côté des classiques échanges couplet / refrain avec toujours en prime le solo qui va bien. Parti tout naturellement sur des formats libres qui n’ont pas peur de flirter voir de dépasser la barre des six minutes, Walter Trout se garde quand même sous le coude quelques titres plus calibrés pour la radio et nous claque entre les épiques « Blues For My Baby », « Recovery », « Lifestyle Of The Rich And Famous » et « Brother’s Keeper » quelques titres directs et efficaces dans le genre de « The Sky Is Falling Down », « Turn Off Your TV » ou « Money Rules The World ». Toujours aussi inspiré et motivé pour ce nouvel album qui est quand même le vingt et unième à mettre à son actif, Walter Trout trouve encore le moyen de nous en mettre plein la vue et plein les oreilles avec une rondelle sur laquelle il se montre toujours aussi virtuose côté guitare et charmeur côté voix … Sacré bonhomme !