Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow TONY MACALPINE & PATRICK RONDAT au DIVAN DU MONDE (75)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TONY MACALPINE & PATRICK RONDAT au DIVAN DU MONDE (75) pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
vendredi, 30 mars 2012
 

PATRICK RONDAT – TONY MACALPINE 
LE DIVAN DU MONDE – PARIS (75)
Le 21 mars 2012 

http://agentcooper.com/  
http://www.rondat.com/  
http://www.tonymacalpine.com/ 

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur http://www.myspace.com/isayann 

Remerciements : Roger (Base Prod), Le Divan du Monde.

Deux guitaristes de légende en ce mercredi 21 mars à Paris. Le Divan du Monde reçoit l'américain Tony MacAlpine et le français Patrick Rondat. Deux virtuoses de la six-cordes pour un rendez vous qui va s'avérer EXPLOSIF. Beaucoup de monde devant la salle, il faut dire que la température très agréable a incité le public à arriver plus tôt. Histoire aussi de bien se positionner devant la scène. 

Une première partie métal avec Agent Cooper. Du très bon rock. Des musiciens qui envoient du lourd, que ce soit au chant ou aux instruments. Une très belle mise en bouche ou plutôt en oreilles, histoire de confirmer que la soirée va être bonne. La salle s'est finalement bien remplie lorsque Patrick Rondat, avec toujours ce look qui le fait ressembler à Slash, arrive sur scène. Applaudissements, bavardages amicaux avec son public. En fait les spectateurs sont majoritairement venus pour lui d'après ce que je peux entendre ça et là.

Fidèle à sa superbe Ibanez RG Prestige Signature, il va pendant une heure environ démontrer tout son talent de guitariste en naviguant entre métal puissant, hard rock symphonique et quelques petites touches fusion. Le public est aux anges, et lui prend vraiment beaucoup de plaisir à être là. Ca se voit et ça se sent. Il faut signaler l'excellente prestation de ses musiciens, le fidèle Patrice Guers à la basse, Manu Martin aux claviers et Dirk Bruinenberg aux fûts. 

La fin du show est un peu confuse car Patrick Rondat voudrait respecter son horaire, mais les spectateurs refusent de le laisser partir sans un rappel ! Et finalement, il aura droit à quelques minutes supplémentaires pendant lesquelles il va faire montre de toute sa classe, surtout pendant le « Tribute à Vivaldi » que tout le monde attendait ! Une très courte pause, donc pas le temps d'aller se désaltérer, et arrive sur les planches une autre sommité de la guitare Mr Tony MacAlpine. En plus, il est venu avec l'artillerie lourde. Jugez plutôt : Aquiles Priester (Angra) à la batterie, la basse est assurée par Bjorn Englen (Yngwie Malmsteen), et l'excellente Nili Brosh est à la guitare avec un jeu à la fois puissant et léger. Et Tony, un des incontestables maîtres de la discipline, va nous ravir de sa technique et de sa virtuosité. Une énergie de tous les instants pour nous entraîner dans son univers musical. De ballades symphoniques en riff metal à souhait, Tony MacAlpine va enchanter son public. Une heure de folie guitaristique. 

Les duos, ou plutôt les duels avec la jeune Nili Brosh vont enflammer le Divan. Ils sont nombreux les fans, les fondus de guitare, à écarquiller les yeux et les oreilles histoire d'en prendre plein la face !!!! Tony MacAlpine est vraiment un artiste d'excellence, que ce soit au piano ou surtout à la guitare. Une heure durant, il fait rêver son public, véritablement scotché devant tant de virtuosité et d'élégance.

Y a pas à dire, ça fait vraiment du bien de temps en temps d'en prendre pleins les esgourdes, de sentir la grosse caisse et la basse vibrer dans la poitrine et surtout de voir comment de grands artistes arrivent à extirper de leurs instruments de telles sonorités. Ah si, un petit regret tout de même, et je ne dois pas être le seul. Je pense que tout le monde aurait bien aimé que les deux musiciens se retrouvent ensemble histoire de finir cette belle soirée en apothéose dans un grand bœuf final. Mais bon ... Un grand spectacle pour un concert comme on aimerait en voir plus souvent. Deux grands noms, deux personnalités pour un même résultat, notre plaisir !

Yann Charles – mars 2012