Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow JANN HALEXANDER

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JANN HALEXANDER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 13 avril 2012
 

Tristes tropiques
(Trilogie Halexander – 2012) 
Durée 48’18 – 12 Titres
 
http://www.myspace.com/lechanteurjannhalexander

Toujours aussi prolixe, le jeune chanteur franco-gabonais Jann Halexander revient déjà avec un nouvel album, le onzième, successeur du fameux « Obama » non pas à la Maison Blanche mais bel et bien dans les bacs puisque le Président américain avait partagé son nom avec le dixième album du poète. Pourquoi changer une formule qui se montre à chaque fois gagnante ? C’est donc en partageant son nouvel opus entre ses propres compositions et des adaptations des plus grands auteurs et chansonniers que Jann Halexander, artiste à la voix extrêmement chaude et au timbre particulièrement vaste, se lance dans « Triste Tropique », un album à la fois dense, varié et même parfois complexe dans lequel la culture au sens le plus large du terme est très intelligemment mise en avant au travers de morceaux qui empruntent à Jean Anouilh comme « Les chemins de l’amour » mais aussi à Jacques Brel dont on retrouve « Ces gens-là » avec la bénédiction de la fille du Grand Jacques. Complété par une panoplie bien complète de pièces originales comme « Il est minuit Docteur Schweitzer », « Les 23 Parques », « Comme dans une chanson d’Anne Sylvestre » ou encore « La rivière Savannah », l’ouvrage insiste sur toutes les capacités lyriques de Jann Halexander et se contente généralement d’un piano pour mieux souligner la somme des détails que l’artiste est capable de proposer. Un clin d’œil à Anne-Cécile Makosso-Aken-Dengué avec une chanson inspirée de son roman « Ceci n’est pas l’Afrique » et c’en est bientôt fini d’un ouvrage qui après un tittle track très surprenant servi en épilogue nous réserve quand même en morceau caché une deuxième version plus enjouée de « Aucune importance », un titre que l’artiste a dédié à sa Grand-Mère … De quoi satisfaire ceux qui suivent Jann Halexander depuis une petite dizaine d’années !