Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow L’ÊTRE LAMBDA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

L’ÊTRE LAMBDA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 11 avril 2012
 

Entre les tours
(Autoproduction – 2011) 
Durée 43’33 – 14 Titres

http://www.myspace.com/letrelambda

Il a longtemps animé divers groupes de rock et de chanson avec ses compositions, changeant de cap en 2009, lorsque Fred est devenu L’Être Lambda et qu’il en est arrivé à produire pour lui-même ses propres chansons réalistes aux arrangements minimalistes. La force des mots, la simplicité apparente des mélodies, il n’en faut guère plus pour que la mayonnaise prenne et c’est à un juste milieu entre Brassens et Renaud, entre Brel et Ferré que le guitariste et chanteur s’installe, se laissant à l’occasion rejoindre pour le charme par des voix féminines qui contribuent à des duos ou encore par des amis musiciens venus apporter quelques arrangements à des chansons qui le restent du temps s’en passent sans difficulté. Rodées à la scène avec un certain sens de l’humour qui séduit invariablement l’auditeur, les compositions de L’Être Lambda arriveront tranquillement à maturité fin 2011 et c’est en les couchant tout naturellement sur un album que l’artiste cherchera à présenter à plus de monde encore son univers poétique un peu décalé, ses couplets complexes et ses refrains directs qui une fois réunis donnent naissance à des chansons tellement pénétrantes et pertinentes qu’on ne les oublie pas de sitôt une fois que l’on y a glissé l’oreille. Délicats ou au contraire plus cinglants, les vers de L’Être Lambda nous emmènent « Entre les tours » et posent au moins autant de questions qu’ils ne suggèrent de réponses, invitant à la réflexion à grand renfort de « Digression (sur vie de couple) », « La fille en manque de joie », « L’été à l’envers », « Par mon hublot » ou encore « Rendez-vous avec … » et interpellant avec autant de simplicité qu’ils en arrivent à convaincre grâce à ce calme latent qui n’est là que pour mieux masquer la tempête intérieure qui pousse l’artiste à toujours aller plus loin dans la sincérité de ses vers. On n’y résiste pas !