Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DARIA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DARIA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 09 avril 2012
 

Red red
(Yotanka – Differ-Ant – 2012) 
Durée 37’18 – 11 Titres

http://www.dariamusic.net

Le parcours est classique, quatre garçons pas encore dans le vent, dix années passées entre un local de répétition et un van qui leur permet de sillonner les routes de l’hexagone pour se rendre aux concerts, deux albums et deux maxis et surtout une grosse envie de jouer du rock sans se prendre la tête, juste en collant les uns aux autres des couplets et des refrains sur des riffs puissants et fédérateurs … Ainsi va Daria, combo angevin qui pioche ses influences du côté des Weezer, Fugazi et autres Foo Fighters et qui s’est attaché à enregistrer son troisième album dans des conditions proches du live, Camille Belin au chant et aux guitares, Etienne Belin aux guitares, Germain Kpakou à la basse et Arnaud Ligonnière à la batterie s’efforçant du même coup de mettre un maximum de jus et de tripes dans une musique qui ne s’attarde pas sur les arrangements inutiles et qui fonce droit à l’essentiel jusque dans le titre de son nouvel opus !

« Red Red », c’est une sorte de cri de guerre pacifique, la traduction en musique de l’urgence qui anime Daria et de l’envie de bousculer le rock qui fait avancer le groupe à chaque instant. Alors forcément, le tempo accélère régulièrement pour devenir encore plus convaincant, les phrases en appellent à de vrais textes composés dans la langue de nos voisins d’Outre Manche mais pas pour cacher la misère comme c’est parfois le cas, juste pour véhiculer un message qui ne s’embarrasse pas de frontière physique ou linguistique. Au jeu pas évident du rock’n’roll qui déménage et de la mélodie qui interpelle, le quartet du Maine-et-Loire s’en sort carrément bien et nous insuffle de fort belle manière des compositions qui scotchent directement le public aux amplis, des morceaux comme « Deafening Times », « We Are What We Aren’t », « Tristan Da Cunha » ou « Prove Me Wrong » se montrant aussi aboutis artistiquement qu’efficaces dans la platine, et on n’ose même pas imaginer ce que ça donnera à la scène ! Arrivé à un stade où les groupes se dispersent parfois un peu après dix ans d’histoire commune, Daria se serre au contraire les coudes et remonte ses manches pour taper encore plus fort. Vous allez voir rouge, c’est certain !