Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BATLIK

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BATLIK pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 04 avril 2012
 

Le poids du superflu
(A Brûle Pourpoint – 2012) 
Durée 15’59 – 5 Titres

http://www.abrulepourpoint.com
http://www.myspace.com/batlik

Tiens, voilà Batlik qui revient une fois encore avec un nouvel album … Encore un ? Ben oui, le huitième dit on dans les milieux autorisés, pour un artiste d’à peine trente cinq ans, c’est déjà pas mal, surtout si l’on tient compte de la qualité de tout ce qui avait déjà été fait avant ! La direction choisie cette fois pour évoquer « Le poids du superflu » ? Toujours la même en fait, celle de la chanson française débridée et sans concession, un songwriting francophone devrait on peut être dire tant la griffe de Batlik rappelle la création folk des meilleures pointures étasuniennes, avec toujours autant de relents poétiques forts mais avec cette fois peut être un côté plus électrique et plus éclectique que jamais, histoire de donner la pêche et en même temps la banane à une assistance qui dans sa quête du sempiternel cinq fruits et légumes par jour est déjà sur la bonne voie grâce à un artiste toujours à la pointe du progrès. C’est donc une fois encore une galerie hétéroclite de tableaux et de portraits que le Francilien nous dévoile avec des titres comme « Les transitoires », « Enfumée », « Hospitalité » ou « De la même façon », laissant entrer de temps à autres une nuée ardente de trompettes, quelques grappes de guitare bien électrique ou je ne sais quel effet de style encore pour finir par offrir un album à la Dylan, tellement évident et en même temps tellement surprenant que l’on ne peut qu’applaudir ce côté faussement fumiste et vraiment ingénieux qui se dégage d’un personnage qui mérite vraiment son rang d’artiste, pour la qualité de ce qu’il offre bien sur, mais aussi pour sa capacité à sans cesse se renouveler dans la continuité logique des choses … « Le poids du superflu » méritait bel et bien que l’on en fasse un album !