Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow EXILE PARADE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

EXILE PARADE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 07 mars 2012
 

Hit the zoo
(Suburban Records – 2012) 
Durée 47’02 – 11 Titres

http://www.exileparade.co.uk

Créé à l’été 2006, ce combo britannique n’aura pas eu besoin d’attendre trop longtemps avant de goûter aux joies de la reconnaissance de la part de ses pairs et du public puisque c’est en se faisant remarquer sur la toile par le producteur Owen Morris et par le guitariste Paul Arthurs, un des membres fondateurs d’Oasis, qu’Exile Parade se retrouvera très vite non seulement sur les scènes mais aussi en studio. Bien décidés à ne pas mettre la charrue avant les bœufs, Lomax au chant, Chris Owen et Phil Hennessey aux guitares, Dave Hennessey à la basse et Mutchy à la batterie ne sortiront leur premier maxi qu’en 2010, se retrouvant rapidement sous les feux de la rampe chez MySpace et s’offrant dans la foulée leur première tournée en Chine avant de vraiment se mettre à préparer très sérieusement ce premier album taillé sur mesure pour être un succès mondial !

Avec trois quarts d’heure de brûlots purement british rock, onze bombes atomiques remplies de riffs incendiaires, de refrains accrocheurs et de rythmiques efficaces, « Hit The Zoo » a indiscutablement tout ce qu’il faut là où il faut et ne se prive pas de mettre ses arguments en valeur au travers de pièces d’une intelligence impressionnante et d’une technicité redoutable. Aussi à son aise dans les titres puissants et directs que dans les ballades plus tortueuses, Exile Parade se présente délibérément et indubitablement comme une formation polyvalente capable d’aller toucher des publics plutôt vastes avec des titres qui non seulement se tiennent mais qui en plus tiennent solidement la route, des morceaux dans lesquels on retrouve des influences particulièrement variées qui vont en gros des Doors jusqu’aux Pogues en passant par les Stones et Led Zeppelin d’une part mais aussi par The Verve et Oasis de l’autre. Ratisser large sans pour autant trop se disperser, voilà un jeu pas évident auquel Exile Parade est parvenu à se prêter de fort belle manière avec des morceaux comme « Movie Maker », « Hello Blue », « If I’m Not Famous », « Get Your Gun Boy » ou encore « Man Is Sick » … La suite n’en sera que plus belle !