Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE WARS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 15 janvier 2012
 

Healings
(Oblivion – SPV – 2012) 
Durée 41’56 – 11 Titres 

http://www.myspace.com/thewars
http://thewars.bandcamp.com/

Jeune formation berlinoise née en 2008, The Wars est un trio qui s’est fait connaître en proposant un premier Ep un an plus tard et qui a tout de suite connu un certain succès en voyant ses titres diffusés sur les radios indépendantes mais aussi utilisés sur diverses compilations, la suite n’étant que naturelle pour le chanteur, guitariste et claviériste Chris Kowski, le bassiste Gernot Pohle et le batteur Felix Roll qui se retrouveront élus « Groupe de l’année » par les auditeurs de Kool Rock Radio et ouvriront pour Killing Joke en juillet 2011 lors du Summer Darkness Festival … Il faut reconnaître que la musique du trio a de quoi séduire avec son mélange de guitares travaillées et d’electro discrètement saupoudrée qui au final donne naissance à un rock atmosphérique progressif qui s’installe dans le sillage naturel de la scène des 70’s tout en affichant une couleur très actuelle. Du prog capable de convaincre avec une voix attachante et des textes pleins de sens …

C’est une sorte d’instantané de notre époque au travers de ses faits marquants que nous présente The Wars avec « Healings », un ouvrage d’actualité qui s’appuie sur les temps forts de l’année écoulée pour donner naissance à des chansons dans lesquelles il est question en vrac des scandales politiques, de la crise financière mondiale, de la chute des dictatures et de l’exécution programmée du centre névralgique du terrorisme, de la succession de catastrophes ayant retourné le Japon en premier lieu et le reste de la planète ensuite … Dans son rock réaliste, The Wars tient compte aussi bien dans le texte que dans le riff de toutes les composantes évoquées mais n’en sombre pas pour autant ni dans la propagande à bon marché ni dans la démesure dramatique, offrant avant tout une musique séduisante et interprétée avec goût et s’efforçant à chaque instant de faire sonner de façon positive et sur un ton tantôt enjoué, tantôt plus introspectif, des titres comme « White Out », « Enclave », « Jet Stream », « Succubus » et autres « Coast ». Quelques petits cachets pop comme on les faisait jadis viennent encore apporter de la solidité à l’édifice et à l’arrivée, c’est un album plein de bonnes choses et surtout parfaitement équilibré que nous dévoilera le groupe pour les premiers jours du printemps 2012. L’hiver ne nous aura jamais semblé aussi long …