Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NORBERT ‘‘NONO’’ KRIEF chez PAULETTE (54) pdf print E-mail
Ecrit par Cathie Wetzstein  
mardi, 22 novembre 2011
 

NORBERT ‘‘NONO’’ KRIEF
PAULETTE PUB ROCK – PAGNEY DERRIERE BARINE (54)
Le 14 octobre 2011 

http://www.nonokrief.com/ 
http://www.myspace.com/norbertkrief 
http://www.paulettepubrock.com/ 

Retrouvez toutes les photos de PAD sur http://photospad.perso.sfr.fr/ et http://www.flickr.com/photos/photospad/ 

L'album tant attendu de Norbert ‘Nono’ Krief est enfin dans les bacs … et là ou certains attendaient un son hard rock, c'est un album rock que nous a fait Nono, un rock énergique, teinté de blues … Nous allons pouvoir en mesurer toute l'ampleur en direct live puisqu'une tournée est en cours. Nous prenons la route par une belle journée ensoleillée pour parcourir les quelques centaines de kms qui nous séparent de "Paulette", lieu mythique situé à Pagney Derrière Barine, afin d'y retrouver les potes et de partager un moment exceptionnel à la découverte de la nouvelle galette de Norbert ‘Nono’ Krief.

The Keys ouvre le bal et nous délivre un bon set rock d'à peu près une heure, avec la lourde tâche de chauffer la salle et de nous faire patienter avant de céder la place à NNK. 

Pat Llabéria (guitare), Jimmy Montout (batterie), Sylvain Combettes (basse) et enfin Norbert Krief prennent possession de la scène à 22h15. C'est sur un enchainement de trois titres, "Blink Of An Eye ", "A Dieu", le seul chanté en français, et "Do it Right" que débute ce gig. On peut mesurer toute l'étendue du travail fourni par Nono et ses acolytes sur ces morceaux live qui prennent ce soir une dimension extraordinaire. Chacun a sa place et personne n'a de place attitrée au chant, la parole et le micro sont donnés à tous les membres du combo. Nono remercie le public de sa présence. "On est là pour s'éclater, pour foutre la guerre, comme on dit !!! J'espère que vous allez être avec nous … Ca va être un petit voyage. On va passer par différents pays… Je vous souhaite donc bon vol, mes amis !!!"

Le titre suivant représente bien la situation actuelle, ici et maintenant, "Here and Now". La rythmique est bien présente, les riffs délicats et acérés à souhait de M. Krief sont un véritable régal pour les oreilles. L'énergique "She's Burning Up My Bed" fait ressortir quelques influences des Stones, surtout avec un Pat Llabéria au chant à la tonalité vocale très Mikejaggerienne. La pression retombe quelque peu avec le splendide "Brush With The Blues", reprise de M. Jeff Beck, et remonte tout doucement dans une "Brève Histoire". 

Le jeu de gratte exceptionnel de Nono et l'intensité de ses soli font vibrer toute l'assistance. Son feeling est monstrueux et vous atteint au plus profond de votre âme … Nono et sa gratte, c'est du génie et de l'émotion à l'état pur, des moments de pur bonheur … Et pour l'objectivité, vous repasserez, ce grand monsieur étant un de mes guitaristes favoris depuis bien longtemps !!! Je me suis même surprise à ne plus prendre de photos, ne pouvant détacher mon regard des doigts agiles et aériens de Nono courant sur les six cordes de sa Gretsch …

Les quatre compères prennent visiblement beaucoup de plaisir à jouer ensemble, en témoignent les échanges de regards et de sourires complices. Et le périple continue avec quelques riffs puisés dans les hautes sphères du rock pour aboutir sur un petit clin d'œil Trustien – "Ca va faire plaisir à certains, que je vois avec un certain t-shirt…" dixit Nono - Un meddley comprenant "Le Mitard", "L'Elite" et "Antisocial" va faire des heureux et est repris en cœur par l'assistance. 

C'est à présent un voyage dans le temps que nous proposent les NNK, parmi les musiques qui les ont influencés … "Satisfaction" des Stones, "Moby Dick" de Led Zep et "Crosstown Traffic" d'Hendrix vont nous immerger dans les folles années du rock psychédélique et progressif, de la mode hippie et flower-power. Jimmy Montout nous balance un superbe solo de batterie, sans concession aucune pour ses fûts qu'il va matraquer sans pitié. Les guitares puissantes de Pat et Nono prennent le relais et nous entrainent dans le monde merveilleux de Louis Armstrong, revisité façon hard dynamique et bourré de phrasés fins et incisifs. 

Retour dans le présent et le futur avec "Borderline" et une intro surprenante de guimbarde suivie d'une montée en force des guitares, talonné de près par "How Does It Feel" au son rock énorme, aux guitares chantantes avec une partie rythmique basse/batterie percutante venant bétonner le tout. "You Keep Me Satisfied" nous replonge à nouveau dans les années psychédéliques, nous rappelant également les influences hendrixiennes de nos joyeux compères. Après un "Vagabondage" dans un blues traditionnel tout droit sorti du fin fond de la Louisiane sur lequel les guitares au style élégant et plein de cachet expriment leur joie d'être avec nous ce soir, nous voilà embarqués "On The Road Again". Démarrage en douceur juste avec les voix façon beat box avant que la puissance électrique ne vienne amplifier le morceau et lui donner une nouvelle dimension. Ca fait bouger de la tête et taper du pied, pourvu que ça ne s'arrête jamais …

Malheureusement, "Blink Of An Eye" refait son apparition … non pas que ce titre soit mauvais, bien au contraire, mais il prédit la fin de ce gig fantastique où Nono, Pat, Jimmy et Sylvain se sont donnés sans compter à leur public dans une débauche de talent et de générosité. Ce concert prouve, pour certains puristes Trustiens que Nono c'est aussi et surtout Norbert Krief, un excellentissime musicien, hors norme, qui a aussi d'autres couleurs musicales à son actif, et qui s'éclate comme un fou sur scène avec ses camarades de jeu, en chantant et en éblouissant le public de ses riffs infernaux. C'est avant tout un autre Nono à découvrir sans modération !

Puis Nono nous propose un marché : "plutôt que de faire un rappel de dix minutes ou d’un quart d'heure, vous nous donnez trois minutes et on vient dans la salle discuter, prendre des photos, faire tout ce que vous voulez". C'est donc par un moment convivial de partage et d'échange entre le groupe et le public que se finit cette prestation. Pas bête !

Cathie Wetzstein – octobre 2011