Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TRASH PEPE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 02 novembre 2011
 

Arsenal mélancolique
(Autoproduction – 2011) 
Durée 54’10 – 15 Titres

http://www.trashpepe.tk
http://www.myspace.com/trashpepe

Toujours aussi délicat à cerner, ce duo surprenant qui se fait appeler Trash Pépé cultive avec une certaine ingéniosité les relents de Ferré et ceux de Jacno avec, pour servir de trait d’union entre les deux, cette capacité indécente qu’avait Gainsbourg de flotter entre le séduisant, le vulgaire et le décalé. Révérend Séide aux voix et Amiral Lige aux musiques ont donc tout naturellement retrouvé les chemins de traverse de la composition puis ceux des studios et c’est bien décidés à botter le cul à toutes ces jeunes stars préfabriquées de la télévision qu’ils réinventent à la sauce Trash Pépé une chanson française qui s’inspire de celle des music hall d’antan, des cabarets, des chansonniers et des grands compositeurs … Le tout avec leurs propres mots et leurs propres attitudes qui ne sont pas forcément à mettre dans toutes les oreilles !

Il y a dans cet « Arsenal mélancolique » un mélange improbable de folie et de génie, deux notions qui ont il faut bien l’avouer tendance à être liées en règle générale et que Trash Pépé associe pour sa part avec une lucidité toute personnelle, usant d’une diction grandiloquente et d’une instrumentation hallucinée pour mieux imposer une couleur générale à la fois sombre, impénétrable et brûlante. Au jeu subtil de la poésie urbaine qui claque et de la rime glauque qui interpelle, le duo n’a pas son pareil pour nous emmener au plus profond de ses morceaux qui sentent le souffre et le fiel, des titres criants de réalisme et pourtant tellement improbables qu’ils en deviennent parfois dérangeants, des chansons empreintes d’un style que l’on qualifiera d’unique et que Trash Pépé fait vivre pleinement et librement au gré des vents et des orages qui portent ses « Bonhomme », « Des mots », « Chouff », « Justice », « La Mort » ou encore « Bierstube Magie Allemande ». Des arrangements minimalistes jusqu’à la production sommaire, Trash Pépé a une fois encore fait le pari du simple, du naturel, du dépouillé, et comme toujours chacun aura tout le loisir de s’y reconnaître … ou pas ! A bon entendeur …