Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DUTCH BLUES CHALLENGE à NIEUW-VENNEP (NL) pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 04 octobre 2011
 

1st DUTCH BLUES CHALLENGE 
HOTEL DE RUSTENDE JAGER – NIEUW-VENNEP (PAYS BAS)
Le 2 octobre 2011 

http://www.dutchbluesfoundation.com/  

C’est un dimanche tout particulier qui nous attend du côté de Nieuw-Vennep puisque c’est dans les locaux très accueillants de l’hôtel De Rustende Jager que va se dérouler une journée toute entière dédiée au blues néerlandais dans le cadre de l’organisation par la Dutch Blues Foundation du Premier Dutch Blues Challenge qui désignera parmi onze formations participantes celles qui auront l’honneur de se produire à Memphis et à Berlin pour les grands concours internationaux ! Autant dire que tous les amateurs de blues ont répondu présent et que l’on est parfois venu de loin pour ne pas manquer cette journée qui s’annonce pleine de moments forts !

C’est sur les coups de 11 heures que va être donné le coup d’envoi de la journée avec une première master class durant laquelle le couple d’harmonicistes Viola Barends et Ben Bouman vont présenter leurs divers instruments et enseigner quelques rudiments à un public parmi lequel on remarque nombre de pratiquants venus l’harmonica dans la poche pour participer activement … Une heure plus tard, c’est une seconde master class dédiée cette fois à la composition qui sera animée par Dicky Greenwood et Harm Van Sleen et qui accueillera même sur scène un des spectateurs pour lui permettre de proposer un blues qu’il a lui-même écrit dans sa langue maternelle !

Il est temps de profiter du beau soleil du jour en allant saluer le pianiste de boogie Ricky Nye qui joue sur la terrasse pour une poignée de spectateurs parmi lesquels on reconnait Priscilla Hernandez et Jay Sieleman de la Blues Foundation venus spécialement de Memphis pour parrainer une première édition qui du même coup se voit placée sous les meilleurs auspices, même si les choses ont malheureusement voulu qu’elle soit dédiée à un très grand musicien du cru, Harry "Cuby" Muskee, décédé en début de semaine … 

A peine le temps d’avaler un sandwich que déjà à 13 heures la master class de slide guitar débute avec le guitariste belge Lightnin’ Guy qui va régaler l’assistance de ses explications des plus intéressantes sur les divers accordages et les divers bottlenecks disponibles pour cette pratique instrumentale. Pendant ce temps, Little Louis installe son projecteur et ses guitares pour nous emmener à son tour une heure durant vers les racines du blues au travers de son jeu tout droit inspiré du delta mais aussi de films et d’images d’archives tantôt amusantes, tantôt dramatiques … Une belle initiative à laquelle notre ami Belge Jorden Wouters de l’European Blues Union a eu la chance d’assister et dont il ne manquera pas d’évoquer l’existence aux autres instances blues européennes ! 

A 15 heures précises, c’est avec Bert Reinders que nous allons commencer le Challenge à proprement parler puisque c’est lui qui se chargera d’animer les presque six heures de musique qui nous attendent ! Professionnel jusqu’au bout des ongles, le Monsieur Loyal du jour n’oubliera de présenter aucun des VIP présents dans une salle où l’on remarque notre ami Buna des Croatian Blues Forces venu de Zagreb pour participer lui aussi à la fête … 

On commence bientôt en musique avec Mike & The Mellotones, un trio bien en place et emmené par un soliste et chanteur des plus intéressants qui nous gratifiera d’une première incursion dans le public avant de connaître un souci technique qui le contraindra à aller changer de guitare pour mieux revenir au milieu des spectateurs en s’emmêlant un peu les pieds dans les barrières au passage … Dommage car en restant à sa place, le groupe avait les arguments pour convaincre !

Deuxième formation à se produire, Mariëlla Tirotto & The Blues Federation ne va pas manquer de mettre l’accent sur ses côtés soul et progressifs et si le groupe connait lui aussi de gros problèmes de guitare avec un son ponctué d’incessants craquements, il n’en reste pas mois qu’à six et en compagnie de son invité percussionniste, il n’aura pas grand mal à combler une assistance instantanément tombée sous le charme de la chanteuse mais aussi de ses musiciens.

L’heure est venue d’accueillir le premier duo de la soirée et ce sont The Mudbirds qui nous régalent avec d’une part un dobro d’une rare intensité et de l’autre un chanteur, guitariste et harmoniciste qui n’en finit plus de passer d’un instrument à l’autre pour le plus grand bonheur des spectateurs qui entrent immédiatement dans une vingtaine de minutes époustouflantes par le blues pur et riche des deux artistes !

On passe quasiment sans transition à Deep & The Dudes, un quartet conduit par un chanteur harmoniciste qui chausse de temps à autres le saxophone et qui, emmené par une contrebasse pleine de précision, nous distille un très bon rhythm'n'blues particulièrement bien balancé. Après seulement quatre groupes, on sent déjà que le niveau général de cette première édition est très relevé et c’est plutôt engageant pour la suite de la journée !

Arrive bientôt Robert Fossen & Bobby’s Teardrops pour une belle prestation envoyée à la force de deux guitares qui savent se compléter admirablement. De l'idée et de la technique, rien ne va manquer à un quintet qui fera preuve d’une certaine constance tout au long de ses vingt minutes de concert et si côté bar on se presse pour étancher sa soif, côté scène on se démène pour que la chaleur reste constante pour le plus grand bonheur du propriétaire des lieux qui débite de la bière à un rythme plus que soutenu !

Contre toute attente, l’harmoniciste Ben Bouman qui est un fin technicien et qui distribue sa propre gamme d’instruments va quelque peu passer à travers de son concert ce soir, peut être par manque de préparation puisqu’il improvise littéralement en compagnie d’un complice guitariste et chanteur avec qui il a décidé quelques instant plus tôt du contenu du set ... Après un début un peu long et intimiste, le musicien aura le plus grand mal à redonner du rythme à la salle en se montrant qui plus est plus attaché à son réglage de son qu’à son jeu lui-même. Dommage car le personnage à beaucoup d’autres arguments à proposer quand il est question de blues !

L’orgue Hammond quitte enfin le coin de la scène pour accompagner la prestation de Fat Harry & The Fuzzy Licks et instantanément, c’est une autre couleur qui se répand fans la salle, d’autant que le band se paie le luxe d’avoir également dans ses rangs un saxophoniste ! Avec des passages bien blues et d’autres plus rock, le quintet n’aura pas grand mal à renforcer la motivation d’un public qui commence à montrer quelques signes de fatigue mais qui s’efforce de tenir la distance … On regrettera juste le final en queue de poisson improvisé lorsque le groupe se rendra compte que le temps qui lui est imparti touche à son terme. 

Tatoués et buveurs de bière, les membres du JB's Blues Crew vont avoir beaucoup de mal à faire avaler la pilule de leur blues un peu trop conventionnel pour que la fête soit définitivement belle et si côté scène on semble prendre du plaisir, côté public, c’est un grand rush vers le bar mais aussi la salle de restaurant où le buffet blues du soir ne va pas tarder à fermer ses portes. Dommage qu’il n’y ait pas eu un véritable entracte pour permettre à chacun de se restaurer convenablement, mais avec pas moins de onze groupes, cela aurait il été possible ?
 
Dernier des trois candidats dans la catégorie « solo / duo », David Savage va ce soir concourir en compagnie d’un complice guitariste qui va entretenir un côté un peu country folk qui n’est pas pour déplaire à une assistance qui a besoin de se remettre les oreilles en ligne avant la fin d’une soirée qui tient pour l’instant toutes ses promesses. Seule ombre au tableau pour le duo, le footstomping pas franchement au point qui en plus sera par moment trop fort et trop claquant au point de devenir gênant … 

La devise du Bradley's Circus doit être quelque chose du genre « regarde moi dans les yeux … si tu peux » et emmené par sa chanteuse aux formes avantageuses et plutôt bien mises en valeur, le groupe y va de son show qui dérape parfois vers l’Americana mais qui reste toujours très bien construit et surtout très bien conduit ... La seconde femme du quintet est pour sa part installée à l’harmonica et c’est une contrebasse très rondement jouée qui envoie tout ce joli monde vers une musique tellement convaincante que la frontwoman s’en ira même la chanter jusque dans la salle pour le plus grand plaisir de la gent masculine qui peut ainsi admirer ses superbes tatouages !

Les jambes commencent à être lourdes et il est vingt heures quand le dernier des onze groupes s’installe sur scène. Un orgue Hammond, une bassiste à cinq cordes … Le concert démarre tranquillement mais le chanteur et guitariste y va crescendo et le John F. Klaver Band ne tarde pas à allumer un incendie avec à la clef un énorme « Spoonful » dont Willie Dixon lui même aurait été tout retourné ! La suite est simple à imaginer, le groupe y va comme à la répétition, un peu tendu par moment mais conscient d’être en train de faire un effet bœuf sur l’assistance et pourtant très digne et très modeste. Une véritable attitude de pro pour un groupe qui a de belles choses à offrir, même aux plus difficiles.

L’heure est maintenant au dépouillement des résultats et en attendant la remise des récompenses, on se passe le temps en faisant procéder par un édile du cru au tirage au sort de la loterie qui est dotée d’une peinture originale représentant Robert Johnson … Lecture est ensuite donnée des nominations pour les prochains Dutch Music Awards qui récompenseront le gratin de la scène nationale batave en mars prochain et en entendant leur nom parmi les nominés, certains des participants du jours ne cachent ni leur plaisir, ni leur émotion.

On n’en finit plus d’attendre le nom des lauréats et c’est maintenant le frontman de King Mo’ qui représentait les Pays Bas en février à l’International Blues Challenge et en mars à l’European Blues Challenge qui témoigne de ces deux expériences puis Ralph de Jongh qui concourait pour sa part en solo à l’International Blues Challenge qui en fait de même avant que l’on atteigne enfin le moment crucial de la soirée, celui où après avoir été récompensés respectivement en catégorie solo/duo et en catégorie groupe The Mudbirds et John F. Klaver Band reviendront chacun leur tour pour un titre … 

Après une telle journée et un tel suspense, il ne restait plus qu’à faire quelques photos souvenir et à saluer tous les amis présents, les internationaux que l’on reverra bientôt dans le cadre des rencontres internationales à Memphis et à Berlin mais aussi tous les membres de la Dutch Blues Foundation qui ont fait aujourd’hui un travail admirable tout en faisant preuve à chaque instant de bonne humeur et plus encore. Un immense merci à Karen Neumann qui a été la femme de toutes les situations et à toute une équipe de passionnés qui ont fait que ce Premier Dutch Blues Challenge a été une immense réussite, tant au niveau de la fréquentation qu’à celui de la qualité des artistes proposés ! 

Fred Delforge – octobre 2011