Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JAZZ’TITUDES DE LAON (02) pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
lundi, 04 juillet 2011
 

JAZZ’TITUDES DE LAON
MAISON DES ARTS & LOISIRS – LAON (02)
Du 20 mai au 17 juin 2011

www.jazztitudes.org/

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur http://www.myspace.com/isayann

Remerciements : Christian Dhap, Dominique Capelle, Philippe Mondon pour les photos de N Didi'O & Nico Morelli Pizzica, et tous les gens qui participent au Jazz'titudes.

Une nouvelle fois, les organisateurs et tous les bénévoles du Festival Jazz'titudes de Laon ont bien fait les choses. Bien plus qu'une ville, c'est toute une région qui est en fait concernée.

Bon nombre de concerts sont en effet organisés et donnés dans différents villages aux alentours de la ville de Laon, permettant ainsi d'emmener le jazz et la musique vers des lieux et endroits où il n'y en a pas très souvent.
Les grosses affiches de cette édition 2011 se sont, elles, produites dans la superbe salle de la MAL, Maison des Arts & Loisirs, située aux pieds de la magnifique cathédrale de Laon.

Comme habituellement, les diverses programmations ont permis de s'ouvrir vers différentes cultures et la diversité de cette musique a contribué à la découverte, pour beaucoup, d'artistes formidables aux sonorités différentes mais ayant toutes les mêmes bases, le jazz.

Le Paris Jazz Big Band, fort de dix sept musiciens, a fait resurgir le temps d'un superbe concert, l'âme de Dizzie Gillespie. Les cuivres ont résonné et résonnent encore dans les oreilles attentives des spectateurs captivés par la puissance qui peut ressortir d'une telle formation.

C'est ensuite toutes les voix de l'American Gospel Connection qui ont envahi la scène et l'espace. Et le public a pu ainsi ressentir toute la foi que ces chanteurs et chanteuses peuvent transporter en eux. Un très grand moment d'échanges !

Le jazz "style Django Reinhardt" n'allait pas être oublié au travers de l'un des deux seuls concerts en France d'un des plus grands clarinettistes actuels, Christopher Evan. Accompagné de musiciens extraordinaires, il nous a fait voyager au pays du jazz manouche, le tout saupoudré de sa culture créole. Un mix étonnant et fortement apprécié.

A travers N Didi'O, c'est plus un hommage aux sonorités venues d'Afrique savamment mélangée à la culture américaine pour un concert absolument fabuleux où la voix charmeuse et envoûtante de N Didi'O restera longtemps dans les mémoires.

Le festival a pour vocation de montrer tous les styles et tous les musiciens, et l'Italie en matière de jazz a quelques musiciens phénoménaux comme Nico Morelli Pizzica venu avec son piano faire un véritable récital tout en virtuosité, avec ce brin de nonchalance typiquement latin comme savent le faire les Italiens.

Depuis l'année dernière le festival a instauré une Nuit du Blues, musique elle aussi dérivée du jazz. Bien que les "Blueseux" vous diront que c'est l'inverse … Mais bon, au final ce sont quand même nos oreilles qui se régalent de ces musiques. Et cette année pour terminer en beauté les concerts à la MAL, c'est le blues au féminin qui était à l'honneur avec deux artistes remarquable, Nina Van Horn, l'unes grandes dames du blues rock en France (mais pas que ...) et la seconde qui, du haut de ses dix neufs ans, révolutionne à sa manière le petit monde du blues, Nina Attal.

Deux femmes et deux styles totalement différents. Nina Van Horn nous entraîne vers les origines du blues, vers le Delta, vers ces femmes sans qui le blues ne serait peut être pas ce qu'il est aujourd'hui. Elle nous conte comme personne ces histoires qui nous font aimer cette musique. Sa voix, sa gouaille font de Nina Van Horn, véritablement, l'une des références en matière de blues au féminin.

Nina Attal elle, c'est plutôt du côté de la soul ou de la blue-soul serait on tenter de dire que s'oriente son répertoire et ses chansons. Un band de jeunes musiciens doués, très doués même, pour qui les BB King ou Albert King en passant par les James Brown ou Prince n'ont aucun secret. Époustouflante cette facilité à plonger dans ce style de musique dansante. Des compositions originales où le groove vous fait vous lever de votre fauteuil, où même bien involontairement votre corps bouge aux rythmes entraînants. Des touchers de guitare fins aux gros solos purement bluesy, Nina vous scotche véritablement. Phil Devin, l'autre excellent guitariste et compositeur n'est pas en reste et lorsque quelques soucis techniques empêchent Nina d'envoyer ses solos, il est là et même bien là pour nous démontrer que la qualité n’attend pas le nombre des années. Un très bon concert et un public ravi de découvrir tout ce jeune talent.

Cette année encore, grâce aux programmations éclectiques, Christian Dhap, Dominique Capelle et toutes les personnes qui se dévouent tout au long de l'année et non pas seulement durant la période du festival, ont réussi leur pari d'emmener le jazz vers des lieux et des publics qui ne sont pas habitués à cette musique. Une musique somme toute universelle, qui rassemble dans la joie et la convivialité. Et pour ça, il faut leur dire un grand merci et leur tirer un grand coup de chapeau.

L'édition 2012 sera pour la première fois au mois de Mars, et la programmation prévue est déjà exceptionnelle. Donc moins d'un an à attendre pour retrouver le Jazz’titudes du côté de Laon et de l'Aisne.

Yann Charles – juin 2011