Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE BLUE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 05 juin 2011
 

Mission Amiens
(Autoproduction – 2011)
Durée 37’07 – 12 Titres

http://www.theblue.fr

Cofondateur et membre du groupe Mademoiselle Olivier, The Blue est un multi-instrumentiste et arrangeur français qui ne manque pas de diversité au niveau de ses influences et qui a su prendre le temps de toutes les assimiler pour mieux parvenir à produire une musique dans laquelle le rock mais aussi la pop, le punk et le funk se télescopent sur fonds d’electro vintage comme on en faisait dans les années 70 et 80. Des Beatles à Kraftwerk en passant par Bowie et Prince, The Blue parvient à garder l’essence de ses modèles pour en arriver au bout du chemin à mettre dans son moteur une French Electronic Pop qui ose dire son nom, « Mission Amiens », et qui sait aussi bien tirer profit des instruments dits classiques tels que la guitare, la basse ou la batterie que de petits boîtiers électroniques vieux pour certains d’une quarantaine d’années. Du neuf avec du vieux, pas mal d’analogique … Soit on se trouve face à un illuminé, soit c’est un génie, voire peut-être qui sait les deux à la fois !

Ouvrage conceptuel racontant les tribulations de trois créatures dotées d’un don évident pour ce qui est de jouer la musique, « Missions Amiens » retrace le parcours de The Blue entre la planète Venus et la Picardie, idée originale s’il en est puisque l’on y passe des sons pop et rock traditionnels aux délires electro vintage les plus imprévisibles avec en prime une guitare qui se laisse parfois aller à regarder vers Hendrix et des arrangements psychédéliques du plus bel effet qui font de cette petite quarantaine de minutes de musique un vrai moment de recueillement pour ceux qui ont vécu de près où de loin les vagues electro successives qui ont recouvert l’hexagone et plus largement le monde à grands renforts de pop puis de disco et enfin de funk, tout cela bien avant que la techno ne noie quelque peu le tout et que les machines ne soient dès lors utilisées de manière plus excessive voire carrément outrancière. The Blue a pour sa part trouvé un juste équilibre entre toutes ses influences et pousse naturellement au beau milieu d’une jungle où les machines ont aujourd’hui fait de solides racines et après nous avoir envoyé un intéressant « Blow On The White Lines », c’est en cherchant attentivement la direction de « Mission Amiens » qu’il nous sert ses « Casquette d’acier et toque de vison », « Electro-Harmonix Fever », « Marquise de Picardie » et autres « Mind’s Aventure » avec un soin tout particulier, conscient que s’il agacera sans doute les avant-gardistes les plus extrémistes, il gagnera en même temps la sympathie d’une partie du public qui assume encore et toujours le poids des traditions … Il fallait réussir à le faire !