Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

FREDRIKA STAHL à LA CIGALE (75) pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
mardi, 19 avril 2011
 

TINA DICO - FREDRIKA STAHL
LA CIGALE - PARIS (75)
Le 6 avril 2011

http://www.tinadico.com/
http://www.myspace.com/tinadico
http://fredrikastahl.com/
http://www.myspace.com/fredrikastahl

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur http://www.myspace.com/isayann

Remerciements : Gérald (Speakeasy), Perrine (Speakeasy), La Cigale, Michel, Dominique.

C'est le printemps et dans les rues de Paris ça s'agite, il y a du monde, les gens ont l'air plus rieurs, plus gais. Et du côté de Montmartre et de Pigalle, il règne vraiment une belle atmosphère de fête. Si on ajoute à cela des températures très agréables, c'est avec grand plaisir que je flânais sur les boulevards comme le disait la chanson.

Cette fois, me voici revenu à La Cigale pour découvrir une artiste suédoise, Fredrika Stahl. Et tant qu'à être du côté de la Scandinavie, la première partie est assurée par Tina Dico, qui est danoise. Deux artistes venues du froid, deux jolies blondes au style différent mais pas si éloigné l'un de l'autre. Il faut dire que les pays scandinaves ont réellement de très bons musiciens et artistes que l'on découvre régulièrement et ce dans quasiment tous les domaines musicaux. Que ce soit dans le metal, le blues, la world music et donc dans la pop folk et même le jazz, on se rend compte que l'Europe du Nord est vraiment très fertile sur le plan musical.

D'ailleurs, le concert de ce soir est annoncé complet, comme il a été affiché sur les portes de la salle. Et il y a déjà pas mal de monde qui attend sur le Boulevard, car chacun veut sa place assise et donc pour être bien placé, mieux vaut arriver tôt. Les spectateurs sont de tous âges, preuve s'il en est que la demoiselle plaît à toutes les générations.

C'est avec Tina Dico que va commencer cette belle soirée. Elle est seule en scène avec sa guitare et nous propose quelques belles ballades tirées d'expérience, de tranches de vie et d'histoires venues du Grand Nord. Le tout présenté avec beaucoup d'humour. De belles compositions accompagnées d'une belle voix douce et par moments puissante. De jolies mélodies qui ne sont pas sans rappeler Tracy Chapman ou Leonard Cohen. Beaucoup de talent pour cette artiste qui se produisait pour la première fois en France, malgré qu'elle ait vécu quelques temps à Paris.

Après cette belle première partie et quelques minutes pour mettre en place la scène, c'est dans le noir que commence le show de celle que tous sont venus applaudir ce soir. Musique douce pour commencer, avec des lumières très (trop) intimistes, une scène ou chaque musiciens a sa propre lampe, bref un joli décor, pas vraiment propice aux photos, mais original. On se rend immédiatement compte de tout le talent de Fredrika Stahl, avec sa voix superbe, très douce, sensuelle et suave. Elle est venue vers ce style pop folk après être passée, malheureusement sans trop de succès, par le jazz. On sent d'ailleurs dans toutes ses compositions les traces de cette musique, que ce soit au piano ou à la guitare.

Une écriture simple, des compositions très agréables et surtout très bien interprétées, car la demoiselle est accompagnée de très bons musiciens. Même si elle parle parfaitement Français, toutes ses chansons sont en Anglais. Elle semble particulièrement émue d'être sur cette scène et surtout devant une salle toute acquise à sa cause. Une réserve naturelle, mais on sent déjà qu'elle a une personnalité forte et un style propre et affirmé. On se promène entre ballades et mélodies doucereuses, une musique jamais agressive, qui coule comme une rivière calme … Une belle maturité pour cette compositrice dont l'album est une des révélations pop folk de cette année.

Un univers musical à découvrir, une demoiselle qui n'est pas "que" belle mais qui sait aussi faire partager des émotions à un public de plus en plus nombreux à l'apprécier.

Yann Charles – avril 2011