Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow MOSQUITO

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MOSQUITO pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Sunday, 19 December 2010
 

Porcelain
(Autoproduction – 2010) 
Durée 27’59 – 5 Titres 

http://www.reverbnation.com/mosquitorockband

Né de la rencontre à Londres d’une chanteuse irlandaise et d’un guitariste français, Mosquito ressemble très fortement à cette petite piqûre presque indolore en apparence qui pourrait un jour réveiller le rock dans son ensemble en lui donnant une belle crise d’urticaire, et de manière durable en plus ! Pour Michelle Walsh et Sacha Le Goff, le plus difficile était à venir puisque si la chanteuse est dotée de superbes dons de songwriter et que le guitariste ne manque pas de talent quand il est question de composer, il fallait encore se trouver une section rythmique solide et motivée pour mettre toutes ces bonnes choses à plat et enfin se lancer dans la belle aventure … De guerre lasse et ne trouvant les killers de service ni à Londres ni à Derry, c’est le frenchy Hervé Koster qui viendra donner des fûts aux cotés de son vieux pote Sacha avant que tout le monde n’embarque pour Paris où les cinq premiers titres seront enfin finalisés. Quelques concerts donneront l’occasion à Sacha de reformer la section rythmique de Un Monde A L’Envers avec François à la basse et Eric à la batterie et d’embarquer son frère à la guitare et aux claviers dans un premier tourbillon qui les conduira déjà vers de belles et grosses dates annoncées pour l’été 2011 …

Mosquito a fait le choix de tailler dans le vif, de se lancer dans des riffs saignants et de mettre dessus non seulement des arrangements soignés mais aussi une voix calibrée XXL avec dedans de superbes intonations qui rappellent forcément un peu Joan Jett et toute la génération des chanteuses seventies partagées entre punk et rock et d’autres plus discrètes qui nous emmènent insidieusement vers les Corrs ou les Cranberries. On appréciera la lucidité de compositions qui ont réussi à éviter le piège du tout rentre dedans pour au contraire offrir à Mosquito une véritable carte de visite qui met particulièrement bien en avant ses diverses sensibilités et c’est en dévalant une à une les marches qui conduisent du rock le plus tumultueux à une folk pop légèrement teintée d’influences variées allant jusqu’au hip hop que le groupe dévoile ses « Take Me Out », « Lethal », « Anna Mae » et autres « Porcelain » avant de s’offrir un final épileptique avec « Tangled », un véritable hymne aux influences plus qu’enchevêtrées avec dedans des cachets qui vont de Led Zeppelin à Janis Joplin, une véritable bombe à retardement plus scandée que véritablement chantée par Michelle qui y fait état de toute la force, de toute la sensualité et plus largement de toute l’étendue de son talent. Préparez le stock de quinine, l’invasion de Mosquito ne saurait tarder et il sera particulièrement difficile de s’en prémunir … Tant mieux !