Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

WILKO JOHNSON à LA CIGALE (75) pdf print E-mail
Ecrit par Bruno Migliano  
vendredi, 07 mai 2010
 

WILKO JOHNSON
LA CIGALE – PARIS (75)
Le 4 mai 2010

http://www.wilkojohnson.co.uk/
http://www.myspace.com/wilkojohnson
http://www.myspace.com/nonodublues

Remerciements : Wilko Johnson, Planète Aurora, Sophie Louvet, Lucie Lebens, Skydog, Nadia Sarraï-Desseigne, Kat Spirit, Dom S-D

Ce mardi à La Cigale les perfectos étaient de sortie. Une grosse soirée attendait tous les fans de l’époque Dr Feelgood. Venu en masse, le public allait pourvoir apprécier les festivités à commencer par la projection du film Oil City Confidential. Ce film, ou plutôt ce documentaire, retrace la genèse et l’épopée du groupe Dr Feelgood. Un bon film bien monté, avec cette texture, ce grain  qui rappelle la fin des années 70’. Les témoignages s’enchaînent, entrecoupés de morceaux de film noir. Pour les amoureux de l’époque et du pub rock n’hésitez pas, vous ne serez pas déçus, certes le film est un peu long mais enfin quand on aime …

Evidement, le groupe existe bel est bien encore mais n’en reste que le nom. Eh oui, comme le nom appartient au sieur manager de l’époque, Wilko ne peut l’utiliser, mais qu’importe. L’important c’est ce qui passe autour de l’homme, de sa musique et de sa manière de jouer. Cette façon de faire des riffs saccadés, mêlant le solo à la rythmique. Toujours cette énergie, ok un peu moindre quand même, vous savez ce jeu de scène qui consiste à aller de l’ampli au devant de la scène, et revenant d’un seul coup en arrière comme si son jack était un yoyo. La voix n’est pas comparable à celle de Lee, il n’a pas ce même timbre, un peu comme les bluesmen ou les rockers déchirés mais bon, on n’y prête guère attention. Le gars n’a pas ménagé sa peine et c’est durant deux heures de show accompagné du bassiste Norman Watt-Roy à la basse et du batteur Dylan Howe qu’il nous a rejoué les bons vieux morceaux d’antan. Deux rappels et clap de fin. La Cigale résonnant encore de ses riffs a vraiment eu du mal à se vider. La soirée s’est terminée à l’angle de la rue, on croyait entendre encore quelques notes s’échapper des murs …

Bruno Migliano – mai 2010