Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE REVEREND AND THE SAINTS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 06 mai 2010
 

Welcome in my voodoo
(Autoproduction – 2010) 
Durée 18’28 – 4 Titres

http://www.myspace.com/thereverendlr

Apôtre du rock et du blues comme on en voit peu par chez nous, The Reverend a façonné sa carrière autour d’une voix éraillée à n’en plus finir, d’un jeu de guitare digne des plus grands virtuoses et d’une écoute attentive de maîtres spirituels comme le Reverend Gary Davis, Screamin’ Jay Hawkins, Howlin’ Wolf  et autres ZZ Top ! A force de marcher sur les chemins de traverse en compagnie de divers pèlerins du genre, le bonhomme qui n’a pas fait que de bonnes rencontres savait bien qu’il finirait un jour par croiser quelques Saints et que ses galères du moment se transformeraient alors en fortune, un présage que bien des amis lui avaient répété lorsqu’il se croyait au fond du gouffre il y a encore pas si longtemps que ça … Ian Laguide à la basse, Rudy Bousquet à la guitare et Olivier Bertin aux drums finissaient donc un beau jour par se retrouver sur la route du Reverend et parvenaient à le convaincre de rechausser guitares et micros pour non seulement retrouver la scène mais aussi le studio. En attendant un album, on se prend un maxi brut de décoffrage entre les oreilles !

Bien décidés à reprendre les messes à un rythme plus que soutenu, The Reverend And The Saints se sont attelés à la composition de quatre nouveaux titres, des pièces qui n’ont pas pour vocation de renouveler quoi que ce soit dans la grande bible du blues et du rock telle qu’elle avait été jusqu’alors écrite mais qui sont simplement autant de nouvelles incantations lancées à la gloire du dieu blues-rock et de la sainte trinité guitare, basse et batterie. Avec des blues tantôt flamboyants, tantôt plus subtils, The Reverend se rappelle au bon souvenir de ceux qui le pensaient définitivement rangé des amplis et c’est en s’appuyant sur une équipe de luxe qui lui ouvre de larges horizons qu’il nous emmène du rock pur et dur de « I’m Coming Home » jusqu’au bon blues tout en nuances « Simple Guy », bondissant entre les deux sur un fabuleusement mystique « Voodoo Dream » et sur un bon gros boogie de derrière les fagots, « Circus Of Fool ». Des claviers, de l’harmonica, des chœurs et même du vocoder pour alimenter le tout et donner une toute autre dimension à la musique du quartet, une véritable volonté de se remettre le pied à l’étrier et de redonner ses lettres de noblesses à un genre dans lequel sa légitimité n’est plus à prouver, voilà The Reverend enfin revenu aux affaires et si une chose est certaine, c’est que ça ne passera pas inaperçu ! Ressortez calices et ciboires, dépoussiérez l’autel du blues et offrez un cierge à Saint Gibson, le rock est de retour et il s’est trouvé une nouvelle église au fronton de laquelle est désormais inscrit The Reverend And The Saints …