Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

OPIUM DU PEUPLE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 20 avril 2010
 

Best Off
(Dirty Witch – Anticraft – 2010) 
Durée 43’35 – 15 Titres

http://www.myspace.com/opiumdupeuplelegroupe

Tous issus du gratin de la scène alternative nationale, les membres d’Opium Du Peuple se sont offert un break improbables au beau milieu de carrières musicales individuelles souvent déjà bien chargées, c’est ainsi que l’on retrouve au cœur de ce projet un terreau particulièrement fertile puisé dans Condkoï, Skunk et Dirty Fonzy auquel viennent se greffer une foule d’invités sans cesse renouvelée … Slobodan à la voix, Tronçonneur et Otto Von Mushnik Wald aux guitares, Le K à la basse et Machine à la batterie ont trié sur le volet le meilleur du pire de la variété française et se sont attachés à le revisiter à la sauce punk, rendant l’ensemble souvent irrésistible d’humour et de second degré et finissant même par faire de certaines des tartes à la crème bien trop grasses qu’ils réarrangent de véritables petits trésors de vrai rock’n’roll avec un gros lot de riffs à l’intérieur ! Prêt pour une immersion totale dans le plus punk des albums de variété ?

A tout seigneur tout honneur, c’est en ânonnant péniblement le riff du « Thunderstruck » d’AC/DC qu’Opium du Peuple donne le ton général de ce « Best Off », dérapant ensuite d’un seul et même coup de volant vers des covers plus ou moins subtiles de Johnny Hallyday et de Joe Dassin avant d’accueillir le premier invité de l’ouvrage, l’inénarrable Didier Wampas qui donne la réplique à Slobodan sur un très électrique « Le téléphone pleure » à se tordre de rire ! Un rapide interlude plus tard et c’est désormais Lorie et Pierre Bachelet qui passent à la moulinette avant qu’Opium du Peuple ne rende un hommage plus appuyé à Barbara en fignolant son « Aigle Noir » aux petits oignons. Encore un entracte au vitriol et on y retourne avec Charles Trenet, Maxime Le Forestier, Sanseverino et même Céline Dion qui en deviendrait presque supportable pour l’occasion avant de retrouver un Claude François décidément très bien placé dans la ligne de mire du quintet et de finir en feu d’artifice avec une relecture très métissée de « Chanson pour l’Ethiopie » ou se rejoignent Schultz de Parabellum et Reuno de Lofofora mais aussi quelques membres éminents des Uncommonmenfrommars, Pookies, Ultra Vomit, Tagada Jones, Annita Babyface, Bad Chickens, ISP, Ta Gueule et autres La Phaze … Un ultime dérapage pas forcément contrôlé en guise de piste cachée et nous voilà avec en poche un ouvrage à prendre sur le ton de la plaisanterie, du délire complet entre potes histoire de se faire avant toute chose plaisir à soi même. Ca n’a d’autre valeur que celle d’amuser la galerie mais c’est toujours ça de pris. Non mais des fois !