Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Interviews arrow PEPS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PEPS pdf print E-mail
Ecrit par Stephane Burgatt  
jeudi, 31 décembre 2009
 

Après Sinsémilia, et les Gnawa Diffusion, la ville de Grenoble a vu émerger un nouveau talent : Pep’s, alias Florian Peppuy. Ce groupe / chanteur fait partie des découvertes 2009 avec sa petite rengaine : « Liberta » . Un titre qui n’a rien de spectaculaire mais qui a néanmoins fait un véritable carton en France. Passé du jour au lendemain de l’ombre à la lumière, Pep’s existe depuis 10 ans.

Tu as d’abord existé en tant que chanteur solo puis en tant que groupe. Alors, à la question es-tu un chanteur ou bien un groupe ? La réponse est : les deux !

C’est ça. Le travail de composition est très personnel. C’est un vrai boulot d’introspection. Ensuite, sur scène, c’est très différent. C’est du partage. Ca ne peut pas marcher si il n’y a qu’un gars devant avec des musiciens qui ne sont présents que pour faire de la figuration.
Ca fait maintenant plusieurs années (près de dix ans) que je bosse avec les mêmes musiciens.
Voilà pourquoi je nous considère comme un groupe : nous avons surmonté les moments difficiles avant d‘être révélés.

Tu viens de Grenoble. Ville du groupe de reggae Sinsémilia. C’est d’ailleurs Mike D’Inca, chanteur et parolier de sinsé, qui t’a pris sous son aile…

Oui, j’ai signé sous son label (Echo Prod, qui coproduit l‘album « utopie dans le décor«  avec le label de peps, suivre le flo), il y a trois ans. On s’entraide entre grenoblois. Nous aurions bien tort de nous en priver !

Musicalement, tu t’es formé à la dure, en écumant les (très) petites scènes et les bars...

Depuis 2000 je n’ai jamais refusé un concert. Que ce soit seul ou en groupe. J’ai joué un peu partout, dans des conditions plus ou moins délicates. J’ai même fait de la rue ainsi que les couloirs du RER. Pep’s, ce fut le développement de la tortue !

Te sens tu proche d’artistes folk, comme Dylan ou Guthrie, réagissant en chanson à l’actualité chaude et brulante ?

Je ne fais pas de politique. Je réagis en tant qu’être humain et en tant qu’humaniste. Ma mère est syndicaliste, elle a toujours bossé dans les associations et va toujours dans les manifestations quand elle le juge nécessaire. Mon père également. J’ai en quelque sorte grandi avec des activistes.
Je pense en effet que l’éducation fait l’homme et ça peut se ressentir dans certaines de mes chansons comme « à l’insouciance ».

Bien que révélé en 2009, l’album « utopie dans le décor » date de 2008. Alors, pour les impatients qui attendraient déjà un nouvel album, il faut se faire une raison. Car tu as d’autres priorités...

Vrai ! Je n’ai pas eu le temps de me poser avec la tournée de l’album « utopie… ». Je pense que pour écrire de belles chansons il faut se remplir de belles émotions.
Je vais donc voyager. Au programme : Ethiopie pour un programme avec des enfants puis le Mali et l’Amérique du Sud.

Propos recueillis par Stéphane BURGATT - 2009

Liens utiles : http://www.pepsmusic.com/ et http://www.myspace.com/pepsofficiel