Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BERTRAND LOREAU pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 29 juin 2009
 

Réminiscences
(Dreaming – Musea Records – 2009) 
Durée 72’32 – 13 Titres

http://www.bertrandloreau.com
http://www.musearecords.com 

Sur les six albums solo que Bertrand Loreau a mis sur le marché, quatre ont été composés dès les années 90 mais c’est encore plus loin, sur les morceaux qui ont été pensés bien avant même la sortie de « Prière » en 1992,  que ce génial claviériste disciple de Vangelis et de Klaus Schulze a voulu se retourner, sur toute une période allant de 1981 à 1985 durant laquelle l’artiste consacrait le plus clair de son temps passé en studio entre les séquenceurs, les claviers analogiques et les tous premiers ordinateurs dédiés. Recueil d’élucubrations ultimes et d’improvisations qui ne le sont pas moins, « Réminiscences » nous ramène à grandes enjambées vers une époque où l’ingéniosité était la composante principale de la musique électronique et où les prouesses technologiques ne pouvaient à elles seules faire la totalité du travail …

Resté à la fois fabuleusement authentique et non moins novateur, même si on est allé depuis beaucoup plus loin que ces quelques sons torturés qu’il nous présente enfin, la travail de Bertrand Loreau fait fonctionner l’inconscient et l’entraîne vers un monde aux couleurs singulières fait de délicatesse, de nuances, de quelques vagues significatives et enfin de beaucoup de sensualité. Avec des sons qui se marient les uns aux autres sans jamais faire d’étincelles, des morceaux comme « Chemin d’Enfer », « Impro-Vision », « Little Dream », « It Moogs Strange » ou « Midi-Station » invitent à un voyage au plus profond de la pensée humaine, un périple ponctué par des changements de temps, des changements de tons, des changements de teintes parfois mais qui s’efforce à chaque instant de respecter les règles fondamentales de l’harmonie. Près de trente années plus tard, force est de constater que si certains ont parfois durci singulièrement le ton ou accentué les vitesses, rien de bien surprenant n’est arrivé pour venir modifier quoi que ce soit dans les structures essentielles de cette musique qui, au fil du temps, est restée plus ou moins la même ! A vérifier par soi même pour finir de s’en convaincre …